France Travail : 43 millions de personnes "potentiellement" concernées par une cyberattaque

par Y.R. avec AFP
Publié le 13 mars 2024 à 17h50, mis à jour le 27 mars 2024 à 13h16

Source : JT 20h Semaine

Trois jours après la cyberattaque ayant visé plusieurs services de l'État, France Travail a annoncé, mercredi 13 avoir, avoir été victime d'un piratage informatique.
Un "risque de divulgation" de données personnelles concerne "potentiellement" 43 millions de Français.
Une enquête préliminaire a été ouverte.

Des dizaines de millions de Français impactés ? France Travail (ex-Pôle Emploi) a annoncé, mercredi 13 mars, avoir été la cible d'une cyberattaque, avec un "risque de divulgation" de données personnelles touchant "potentiellement" 43 millions de personnes. 

"La base de données qui aurait été extraite de façon illicite contient les données personnelles d'identification des personnes actuellement inscrites, des personnes précédemment inscrites au cours des 20 dernières années ainsi que des personnes non inscrites sur la liste des demandeurs d'emploi mais ayant un espace candidat sur francetravail.fr", a expliqué dans un communiqué l'opérateur public. "C'est donc potentiellement les données personnelles de 43 millions de personnes qui ont été exfiltrées."

Cette piratage, qui a aussi visé Cap emploi, organisme en charge de la recherche d'emploi des personnes handicapées, n'est "a priori pas du tout en lien" avec celle qui a ciblé plusieurs ministères depuis dimanche, a précisé France Travail à l'AFP. L'opération a débuté par une "usurpation d'identité de conseillers Cap emploi", a poursuivi l'établissement public chargé de l'emploi en France, à la suite de quoi France Travail a "remarqué des requêtes suspectes".

"Aucun risque sur l'indemnisation"

La cyberattaque, qui a eu lieu "entre le 6 février et le 5 mars", a été détectée "cette semaine" par France Travail, qui a "déposé plainte auprès des autorités judiciaires". Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris et confiée à la Brigade de lutte contre la cybercriminalité de la Direction de la PJ de Paris, qui a mis en place un système de plainte simplifiée pour les personnes concernées.

"Compte tenu des investigations techniques menées, les données personnelles d'identification exposées sont les suivantes : nom et prénom, date de naissance, numéro de sécurité sociale, identifiant France Travail, adresses mail et postale et numéros de téléphone", a conclu France Travail, assurant qu'il n'y a "aucun risque sur l'indemnisation", mots de passe et coordonnées bancaires n'étant pas impactés.


Y.R. avec AFP

Tout
TF1 Info