Si les signalements baissent sur un an, le nombre d'enfants portés disparus reste préoccupant.
Et le nombre d'enlèvements parentaux présumés a bondi en 2023, selon un rapport du 116 000.

Chaque jour en France, ce sont "plus de 110 enfants" qui sont signalés comme disparus. Soit au total "40.989 disparitions de mineurs signalées en France aux policiers et gendarmes en 2023", selon un rapport annuel du 116 00 Enfants Disparus, numéro européen d'écoute, dévoilé ce samedi 25 mai.

Ce chiffre diminue de 5% sur un an, bien que cette amélioration ne permette "pas encore de statuer sur une réelle baisse à long terme". Il reste impressionnant et recouvre des réalités multiples, souligne ce rapport paru à l'occasion de la Journée Internationale des Enfants Disparus. En effet, ces signalements se font dans le cadre de fugues, de disparitions inquiétantes ou bien d'enlèvements parentaux.

+21,5% d'enlèvements parentaux

Les fugues représentent d'abord la grande majorité des cas, avec plus de 95% des signalements effectués. Leur nombre a toutefois baissé en 2023 de 5,9%, un phénomène aussi bien constaté par la cellule de suivi du numéro d'écoute. En revanche, les fugues signalées deviennent plus longues qu'avant et les fugueurs, plus jeunes, d'après le 116 000. 

Les disparitions inquiétantes, elles, ont "concerné 1 259 signalements en 2023, un chiffre en hausse de 7,2% depuis deux ans", souligne le rapport. Le nombre d'enlèvements parentaux a également bondi au cours de l'année avec 661 signalements faits (+21,5%). La moitié des enfants considérés comme enlevés sont âgés de moins de cinq ans, selon le numéro d'écoute qui s'inquiète : "49% de ces enlèvements ont été commis vers un pays étranger avec lesquels il est parfois difficile de faire appliquer le droit international".

Le rapport détaille trois pistes afin de continuer à faire baisser le nombre de signalements pour disparitions de mineurs. Le 116000 estime tout d'abord que "la formation des professionnels (policiers et gendarmes, avocats, travailleurs sociaux…) doit être renforcée afin d’accompagner plus efficacement les familles et les jeunes dans de telles situations". 

Puis il met en avant "l’importance de sensibiliser les jeunes aux risques auxquels ils s’exposent lorsqu’ils fuguent" et préconise enfin le lancement d'une "campagne nationale de prévention" permettant de mieux sensibiliser le grand public aux disparitions d'enfants. 


C.Q

Tout
TF1 Info