Fusillade mortelle à Paris : "Je suis entré dans le bar, c'était le chaos"

Aurélie Sarrot
Publié le 20 juillet 2022 à 14h59
Fusillade mortelle à Paris : "Je suis entré dans le bar, c'était le chaos"

Source : TF1

Lundi, deux individus sont descendus d'un véhicule et ont tiré plusieurs coups de feu dans un bar à chicha, rue Popincourt, à Paris.
Un homme âgé de 38 ans a été tué, quatre personnes ont été blessées.
Thomas, présent au moment du drame, témoigne pour TF1info.

Il était parti chercher "deux-trois choses pour son dîner" chez son "épicier du coin" rue Popincourt, dans le XIe arrondissement de Paris. Lundi soir à 21h30, alors qu'il repartait en direction de son domicile, Thomas, 47 ans, s'est retrouvé face aux deux auteurs présumés de la fusillade ayant fait un mort et quatre blessés légers dans un bar de cette même rue de la capitale. 

"Une voiture noire avec des vitres fumées est arrivée depuis la rue Bréguet [adjacente à la rue Popincourt, ndlr]. Deux types en sont sortis : un grand avec une kalachnikov et un plus petit avec une arme de poing. Ils étaient habillés tout en noir, encagoulés, gantés. Ils sont rentrés dans le bar à chicha, ils ont tiré. Il y a eu plusieurs coups de feu, Puis ils sont repartis en voiture, à contresens", raconte-t-il, 48 heures après l'événement.

À ce moment précis, Thomas a le sentiment que les deux hommes arrivés en voiture ont quitté les lieux. Pourtant, l'un d'entre eux se trouve toujours à l'intérieur de l'établissement…

"Ils lynchaient" l'homme au sol

"Je suis entré dans le bar, c'était le chaos. Là, des types avaient coincé le grand costaud avec son arme de guerre. Ils venaient de le plaquer au sol. Je me suis retrouvé avec le pied sur la Kalachnikov pour que personne n'y touche. Elle était au niveau de la porte d'entrée. Là, les types ont pris tout ce qu'ils trouvaient, les chichas et autres objets qu'ils avaient sous la main pour massacrer l'homme au sol. Ils hurlaient : 'Qui t'a envoyé ? Qui t'a envoyé ?'. Ils le lynchaient", continue le témoin. 

Thomas tente de s'interposer, reçoit des coups de chicha et est, lui aussi, blessé, avec notamment des coupures. "Il y avait du sang partout. Après les policiers sont arrivés, puis les pompiers, et tout s'est mis en place", poursuit Thomas. 

Entendu par la police judiciaire

Le quadragénaire a été pris en charge aux urgences avant d'être entendu par les enquêteurs de la police judiciaire de Paris jusqu'à 5h30 du matin, encore "couvert de sang". Il a été opéré mardi matin avant de rentrer chez lui mardi soir.

Lorsqu'on lui demande aujourd'hui pourquoi il est entré dans le bar, il répond simplement : "Je pensais que les auteurs avaient quitté le bar et j'ai voulu aider, c'est important. Quand quelqu'un se fait agresser, on va l'aider." Encore très choqué par ces faits, Thomas reste marqué par une image en particulier. "Quand ils ont enlevé la cagoule de ce type au sol dans le bar qu'ils étaient en train de massacrer, j'ai vu que c'était un gamin avec une Kalachnikov."

Le deuxième suspect toujours en fuite ce mercredi

Une enquête pour "meurtre en bande organisée, tentative de meurtre en bande organisée, association de malfaiteurs en vue de commettre un crime et acquisition et détention d'arme de catégorie A" a été ouverte, a indiqué mardi le parquet de Paris. Les investigations ont été confiées à la brigade criminelle et au 2e district de police judiciaire.

Lire aussi

L'homme soupçonné d'avoir tiré lundi soir est un mineur de 16 ans et il a été placé en garde à vue. La thèse du règlement de comptes est privilégiée. 

Mardi, la mairie du XIe arrondissement de Paris, un quartier marqué par les attentats de janvier et novembre 2015, a ouvert une cellule d'urgence médico-psychologique pour les témoins de la fusillade pour laquelle un second suspect est toujours recherché. 


Aurélie Sarrot

Tout
TF1 Info