Gendarme tué sur l'A13 : les trafiquants de drogue recherchés après avoir quitté l'hôpital

Publié le 28 octobre 2022 à 11h30
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Un gendarme a été tué et trois autres blessés mardi sur l'A13, dans l'Eure, après qu'un poids lourd les a percutés.
Au moment de l'accident, les militaires procédaient à une opération anti-drogue.
Les deux trafiquants présumés, hospitalisés après le drame, ont quitté l'établissement et sont activement recherchés.

En toute discrétion, ils se sont fait la belle. Trois jours après le terrible accident survenu sur l'autoroute A13  lors d'une opération anti-drogue qui a coûté la vie à un gendarme et blessé trois de ses collègues, les trafiquants de drogue présumés que les militaires voulaient contrôler sont dans la nature. 

"Avant l'accident, les gendarmes de la section de recherche de Rennes sont avec les deux personnes interpellées sur le bas côté de l'autoroute. Celles-ci sont à ce moment-là en garde à vue. La collision intervient brutalement. Plusieurs personnes sont grièvement blessées et une personne décède. Le choix a immédiatement été fait de donner priorité aux secours. Le magistrat instructeur a décidé de lever les gardes à vue, la priorité étant évidemment alors de sauver les blessés et de les prendre en charge. Ç'aurait été deux meurtriers, la décision n'aurait sans doute pas été la même, mais là, il s'agissait de trafiquants de drogue parfaitement identifiés", souligne auprès de TF1info Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes. 

Les deux interpellés, soupçonnés de trafic de stupéfiants, font alors partie des blessés légers. Transportés à l’hôpital Jacques-Monod du Havre (Seine-Maritime), ils y sont restés quelques heures... puis en sont repartis comme si de rien n'était. "On ne peut pas parler de fuite ou d'évasion, car au moment de leur hospitalisation, ils ne sont plus en garde à vue. Ils n'ont pas fait l'objet d'une surveillance dans l'établissement. Quand ils quittent l'hôpital, ils sont libres", insiste Philippe Astruc. Ce vendredi à la mi-journée, les deux hommes sont activement recherchés. 

Deux enquêtes ouvertes

Mardi dernier, vers 3h du matin, un camion frigorifique de 44 tonnes, conduit par un chauffeur de 21 ans, percute plusieurs véhicules stationnés sur le bas-côté après l'interpellation par des gendarmes de deux personnes à hauteur de Saint-Mards de Blacarville (Eure). Un gendarme, père de quatre enfants, est décédé et trois autres ont été grièvement blessés. Le pronostic vital de l'un d'eux était toujours engagé ce vendredi.

L'opération anti-drogue menée par les gendarmes était effectuée "dans le cadre d’une commission rogatoire délivrée par un des magistrats instructeurs de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes concernant un trafic de stupéfiants", avait détaillé précédemment le parquet de Rennes dans un communiqué, précisant que l'intervention en elle-même s'était déroulée sans difficulté particulière. 

Lire aussi

Deux enquêtes ont été ouvertes par le parquet d'Évreux, a fait savoir le procureur : l'une, confiée notamment à la section de recherche de Rouen, du chef "d'homicide et blessures involontaires" ; la seconde, confiée à l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN), sera chargée de rechercher d'éventuels "faits générateurs de l'accident", notamment d'examiner si les interpellations ont été effectuées dans des conditions adéquates ou si le dispositif de signalisation était adapté.


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info