Deux personnes ont perdu la vie mardi alors qu'elles se baignaient sur une plage de Lège-Cap-Ferret.
Un homme est également porté disparu depuis mardi au Porge, commune du Sud-Ouest située non loin.
La Préfecture maritime de l'Atlantique appelle à la plus grande vigilance.

C'est un bilan dramatique pour la seule journée de mardi 17 mai en Gironde : la Préfecture maritime de l'Atlantique indique que deux personnes sont mortes par noyade et qu'une troisième était toujours, ce mercredi, portée disparue. 

Les deux premières victimes, une femme âgée de 62 ans et un homme de 69 ans, sont décédées sur la plage du Grand Crohot, commune de Lège-Cap-Ferret qui n'était pas surveillée. Malgré l'intervention des pompiers, à 14h42 pour la première puis à 16h50 pour la seconde, les baigneurs n'ont pu être réanimés. 

Mardi toujours, à Porge, vers 18h, un important dispositif, avec notamment l'hélicoptère Dragon 33 de la Sécurité civile, a été déployé pour tenter de retrouver un baigneur. Après trois heures d’investigations infructueuses et faute d’éléments nouveaux, les recherches par moyens dirigés ont été suspendues à 17h49.

La préfète déconseille de se baigner

La Préfecture maritime de l'Atlantique appelle les baigneurs à la plus grande vigilance en ces périodes de forts coefficients de marée. Trois décès en raison des courants de baïne ont été déplorés mercredi par les Services Départementaux d'Incendie et de Secours sur les plages du secteur Lège-Cap-Ferret/Grand Crohot (33) ainsi qu’à Saint-Georges-de-Didonne (17).

"Les conditions de baignade sont particulièrement dangereuses en ce moment compte tenu de la concordance de divers phénomènes : houle et vagues de bord, forts courants et formation de baïnes, températures de l’air et de l’eau élevées pour la saison. Il convient en conséquence de redoubler de prudence et d’éviter de se baigner", indique Fabienne Buccio , préfète de la Gironde dans un communiqué ce mercredi.

Depuis le 16 avril, les postes de surveillance des plages ouvrent progressivement mais à ce jour très peu de plages sont actuellement surveillées. "Il est donc primordial d’adopter un comportement responsable basé sur la prudence, la vigilance, le respect strict des consignes de sécurité", insiste la préfète. 

La préfète  ajoute également que "dans ce contexte, l’État a décidé de renforcer son action sur le littoral".  

En plus d’une présence les week-ends, pour le pont de l’Ascension et le week-end de la Pentecôte, l’hélicoptère de sécurité civile de la base de Bordeaux (Dragon 33) et une équipe de plongeurs-sapeurs-pompiers, sont positionnés à Lacanau, aujourd’hui, mercredi 18 mai.

Nombreuses noyades accidentelles l'été dernier

En septembre 2021, Santé publique France annonçait que 1119 noyades accidentelles, dont 250 mortelles, étaient survenues en France entre début juin et fin août, un chiffre en baisse par rapport à la précédente enquête de 2018, pouvant s'expliquer par une météo peu encline à la baignade. Sur la même période, le nombre de noyades accidentelles en 2021 est en baisse de 9% par rapport à 2018 (1225).

En début d'été, l'agence sanitaire s'était inquiétée d'un nombre élevé de noyades, un bilan ayant pu être aggravé, selon elle, par le relâchement post-confinement (mauvaise condition physique, prise de poids, etc.) associé à une météo encline à la baignade.


A.S

Tout
TF1 Info