Bergerac : les explosions dans la poudrerie font huit blessés dont un grave, une enquête ouverte

A Lo.
Publié le 3 août 2022 à 15h33, mis à jour le 4 août 2022 à 7h08
JT Perso

Source : TF1 Info

Des explosions sont survenues dans la poudrerie Eurenco à Bergerac, en Dordogne, mercredi.
Sept blessés légers et un blessé grave ont été pris en charge.
Une enquête a été ouverte pour "blessures involontaires dans le cadre du travail".

Plusieurs explosions ont retenti à Bergerac ce mercredi en début d'après-midi. Celles-ci sont survenues sur le site classé Seveso "seuil haut" de l'usine Manuco de la société Eurenco, fabricant de poudre à explosifs pour l'armement. Un bilan consolidé a fait état de sept blessés légers et d'une personne en situation d'urgence absolue, évacuée par hélicoptère au CHU de Bordeaux. Tous seraient des employés de l'usine.

En outre, entre 20 et 30 personnes ont été impactées par l'effet de l'explosion, souffrant notamment d'acouphènes ou sous le choc. L'ensemble des blessés ont été évacués vers les centres hospitaliers de la région. Le plan blanc, activé au centre hospitalier de Bergerac, a été finalement levé. 

Lire aussi

Un incendie, consécutif aux explosions, a été maîtrisé dans l'après-midi. 

"Pas de dangerosité particulière"

36 personnes se trouvaient sur le site au moment de l'explosion, d'après le maire DVD de Bergerac, Jonathan Prioleaud à l'AFP. Selon le sous-préfet Jean-Charles Jobard, l'explosion a eu lieu dans un bâtiment qui contenait "moins de deux tonnes de nitrocellulose" pour des munitions, ce qui a donné lieu à un incendie. 

L'ensemble des employés de l'usine ont été évacués, ainsi que les infrastructures sportives des alentours, "pour ne prendre aucun risque", a raconté le maire lors d'un point presse.

Un périmètre a été établi pour sécuriser les lieux et une cellule de crise a été activée. La mairie de Bergerac demandait d'éviter le secteur, mais les déviations de circulation ont été levées mercredi soir.

Lire aussi

Deux ambulances, 61 sapeurs-pompiers et deux hélicoptères ont été mobilisés au total. Le site de l'usine concernée est classé Seveso "seuil haut" pour le risque incendie et toxique. Dans un communiqué, le préfet indique que "les fumées dégagées par l'incendie ne présentent pas de dangerosité particulière pour la santé humaine, animale et l'environnement"

Les origines de l'explosion n'ont pas été identifiées à ce stade. Selon nos informations, une enquête a été ouverte pour "blessures involontaires dans le cadre du travail"


A Lo.

Tout
TF1 Info