Deux personnes, dont un mineur de 15 ans, ont été blessées par balle jeudi soir à Grenoble.
L'adolescent, dont le pronostic vital est engagé, a été touché sur un point de deal.
Les deux faits ne peuvent être reliés à ce stade des investigations.

Des coups de feu et deux blessés graves. À 15 minutes d'intervalle jeudi soir à Grenoble, deux individus ont été atteints par des tirs d'armes à feu. Les deux événements se sont déroulés dans deux endroits distincts de la commune de l'Isère et ne peuvent, à ce stade des investigations, être reliés l'un à autre.

Un point de deal convoité par les trafiquants

Vers 22h15 d'abord, plusieurs détonations ont été signalées rue Sainte-Ursule à Grenoble. À leur arrivée, les secours ont découvert un blessé par balle, touché au niveau des jambes et de la tête. "La victime, un mineur étranger isolé de 15 ans né en Tunisie est suspecté d’être le 'vendeur du jour' du point de deal de l’Alma", indique ce vendredi le procureur de la République de Grenoble, Éric Vaillant. Évacué à l’hôpital, son pronostic vital était toujours engagé ce vendredi. 

 

Au cours des constatations réalisées par les enquêteurs sur places, les enquêteurs ont découvert plusieurs douilles de 7,62 (calibre de Kalachnikov), au niveau de la rue des Minimes.

"Ces faits surviennent dans le contexte de la maitrise du point de deal de l’Alma qui suscite les convoitises de la concurrence depuis la condamnation, le 17 octobre 2023, des 13 responsables de ce site lors d’un important procès ayant abouti à la condamnation des frères Hamou et de leurs co-auteurs à des peines allant de 12 mois jusqu’à 8 ans d’emprisonnement ferme", détaille le magistrat.

La deuxième victime pas encore identifiée

Quinze minutes plus tard, vers 22h30, plusieurs détonations étaient signalées rue Marcel Peretto, à moins de trois kilomètres du premier drame. Sur place, les enquêteurs ont retrouvé un blessé par balle, "conscient avec des impacts de tir au niveau des jambes". Transporté à l’hôpital, son pronostic vital n’est pas engagé. "L’identité de la victime reste encore incertaine à ce stade", informe le procureur.

 

Le parquet de Grenoble a saisi les policiers de la Division de la criminalité organisée et spécialisée (DCOS, ex-police judiciaire) des deux enquêtes. 


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info