Guerre Israël-Hamas : 719 "incidents antisémites" signalés en France, annonce Gérald Darmanin

par M.L
Publié le 26 octobre 2023 à 22h57

Source : TF1 Info

Le ministre de l'Intérieur a annoncé jeudi que les "évènements ou incidents antisémites" avaient encore augmenté depuis l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, grimpant désormais à 719.
Il a aussi relevé "389 interpellations en lien avec ces incidents", déplorant "une sorte de libération de la parole haineuse".

Un nouveau seuil inédit franchi. Le ministère de l'Intérieur dénombre à ce jour "719 évènements ou incidents antisémites" depuis l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, a annoncé ce jeudi 26 octobre Gérald Darmanin dans une interview au Dauphiné Libéré. Le ministre a souligné la présence accrue "de policiers et de gendarmes sur le terrain" depuis l'éclatement du conflit au Proche-Orient. Il a aussi fait état de "389 interpellations en lien avec ces incidents", ainsi que 4948 signalements à la plateforme gouvernementale Pharos "pour menaces, propos antisémites ou apologie du terrorisme"

Gérald Darmanin y voit "une sorte de libération de la parole haineuse", qui s'inscrit, selon lui, plus largement dans "une augmentation assez forte des actes antireligieux depuis plusieurs années". Selon lui, "les premiers actes antireligieux dans notre pays, ce sont les actes anti-chrétiens", puis viennent "de nombreux actes anti-musulmans et des actes antisémites". "Ces atteintes au religieux, cette haine de l’autre est assez forte dans notre pays", a dénoncé le ministre. Défendant la "position forte et d'équilibre de la France au Proche-Orient", il a aussi tenu à passer un message aux Français musulmans : "Je veux dire à nos compatriotes musulmans que nous les protégeons tout autant que nos compatriotes juifs"

Jusqu'à maintenant, il avait signalé lundi "588 faits antisémites", ce qui représentait déjà plus de signalements en une quinzaine de jours que sur l'ensemble de l'année 2022, lorsque 436 actes antisémites avaient été comptabilisés par la place Beauvau. La Première ministre Élisabeth Borne avait quant à elle annoncé le même jour que plus de 300 personnes avaient été arrêtées dans le pays pour des "actes ou menaces antisémites" depuis le 7 octobre. "L'antisémitisme, comme toutes les haines, n'a pas sa place dans notre République", avait-elle insisté, affirmant que l'État n'avait "pas la main qui tremble" pour en sanctionner les auteurs.


M.L

Tout
TF1 Info