Gérard Darmanin a rencontré ce lundi les représentants de la communauté juive de France.
À l'issue de cette réunion, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une vingtaine de faits antisémites avaient été enregistrés en France depuis samedi.
Par ailleurs, 700 signalements ont été faits à Pharos dénonçant des appels à la haine ou propos antisémites en ligne.

Deux jours après les frappes du Hamas en Israël, le ministre de l'Intérieur a rencontré ce lundi les institutions juives de France et le Grand Rabbin de France. "Nous avons fait un point de situation avec les directeurs généraux du ministère de l'Intérieur dont la DGSI (direction générale de la Sécurité intérieure NDLR) pour leur redire qu'aucune menace caractérisée n'était connue sur le sol national" a déclaré Gérald Darmanin à l'issue de ce rendez-vous prenant toutefois en considération "l'appréhension" "énorme" et "normale" de la communauté. 

"Depuis les événements ignobles et dramatiques qui se sont déroulés samedi en Israël, nous avons constaté des faits antisémites : une vingtaine de faits ont été recensés un peu partout sur le territoire national", a-t-il annoncé. 

Dix interpellations en France

Selon le ministre, "la présence massive de policiers et gendarmes a permis d'interpeller dix personnes dans des coins très différents du territoire national pour des gens qui soit taguaient des propos antisémites, soit menaçaient des lieux de cultes ou des personnes qui sortaient de ces lieux de cultes ou de commerces fréquentés par la communauté juive". 

"Toucher à un juif en France,  c'est toucher toute la République" a assuré le ministre insistant sur  "la grande fermeté de l'État" à l'égard de ceux qui s'en prendraient aux juifs. Il a rappelé à cet effet que le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, avait pris une instruction de concert aux procureurs de la République pour que la police, la gendarmerie, et les militaires de l'opération Sentinelle "soient extrêmement présents dans les 400 lieux en France où la communauté juive a l'occasion de se retrouver : synagogue, école, crèche, commerces... "

Concernant Internet et les réseaux sociaux, le ministre de l'Intérieur a rappelé que "l'apologie du terrorisme" n'était "pas acceptable". Depuis samedi, "plus de 700 signalements" ont ainsi été faits à Pharos (site web des forces de l'ordre sur lequel il est possible de signaler un contenu illégal en ligne) et "44 de ces signalements ont déjà été judiciarisés". 

Enfin, Gérald Darmanin a dénoncé les propos "absolument ignobles" de certains "collectifs, associations et parfois partis politiques", appelant parfois "à la haine, à l'intifada, à l'apologie du terrorisme". "Je me réserve au nom du ministère de l'Intérieur d'étudier bien sûr les dénonciations auprès de la justice pour tout propos que nous allons considérer comme infamant contraire au code pénal mais aussi d'engager des procédures de dissolution" a-t-il prévenu. 


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info