Haute-Garonne : un élève de 9 ans menace ses camarades de mort en exhibant des munitions

par Claire CAMBIER
Publié le 24 mars 2017 à 19h14
Haute-Garonne : un élève de 9 ans menace ses camarades de mort en exhibant des munitions

FAIT DIVERS - Un élève d’une école primaire de Balma, près de Toulouse, est arrivé dans l’établissement scolaire avec trois balles d’arme à feu, ce mercredi, et a menacé de morts ses camarades de classe. La gendarmerie a tout de suite été alertée.

Une semaine après qu’un adolescent de 16 ans a ouvert le feu dans son lycée à Grasse, blessant cinq personnes, le corps enseignant est sur les dents. Les professeurs de l’école primaire Gaston-Bonheur de Balma, près de Toulouse (Haute-Garronne), ont donc pris très au sérieux les menaces proférées par l’un de leurs jeunes élèves. 

Âgé de seulement 9 ans, un enfant est  en effet arrivé à l’école ce mercredi en brandissant trois balles et en menaçant ses camarades. "J'ai fait une liste de vos noms et je vais tous vous tuer", s’est écrié le jeune garçon, nous rapporte nos confrères de La Dépêche du Midi. Sur ses avant-bras, il arborait des dessins ressemblant à des croix gammées.

L’équipe pédagogique a immédiatement alerté la gendarmerie. Le procureur de la République de Toulouse, Pierre-Yves Couilleau, a également été informé de l’incident.  "L'enfant va être entendu et si une suite judiciaire doit être engagée, ce sera sous l'angle de l'assistance éducative", a-t-il précisé à l’AFP. 

Les balles trouvées chez le grand-père ?

Une perquisition aurait été menée au domicile du jeune garçon. Selon le journal local, l’écolier aurait trouvé les balles au domicile de son grand-père. Il serait issu d’une famille monoparentale suivie par les services sociaux mais inconnue des service de police. 

   

Dans un communiqué, Vincent Terrail-Novès, maire (LR) Balma a salué "le professionnalisme des différents intervenants", notamment "l'action des services de la Gendarmerie nationale qui ont été pleinement mobilisés dès qu'ils ont eu connaissance des faits afin d'en éclaircir les circonstances". Pour faire face à la situation, la ville a mis à disposition "un soutien, par le biais de sa psychologue aux enfants et aux familles qui le souhaitent".


Claire CAMBIER

Tout
TF1 Info