Des policiers de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine) ont découvert des tags de menaces à leur encontre à deux reprises en décembre.
Des informations personnelles, telles que les prénoms des policiers, ou des plaques d'immatriculation, ont été inscrites sur les murs.
Des opérations de sécurisation sont en cours.

Mauvaise surprise pour les policiers de Châtenay-Malabry, dans les Hauts-de-Seine. À deux reprises en trois semaines, ils ont découvert des inscriptions à leur encontre dans deux halls voisins de la ville. Selon des informations de RMC confirmées par TF1/LCI, ils ont été personnellement ciblés par des menaces de mort.

Le 5 décembre dernier, vers 8h du matin, des forces de l'ordre découvrent une première fois des tags anti-police sur des murs. Les inscriptions visent uniquement et avec précision des fonctionnaires de la circonscription, avec en prime la liste de nombreuses plaques d'immatriculation. Les prénoms des fonctionnaires sont directement inscrits, accompagnés de menaces de mort ("on va te tirer dessus"). Les proches des policiers sont également ciblés.

Le préfet de Police dénonce des "attaques indignes"

Dans la nuit du 27 au 28 décembre, de nouveaux tags sont découverts dans l'un des deux halls déjà dégradés en début de mois. Des constatations sont alors effectuées pour relever des traces et des indices. Dans la foulée, les policiers concernés ont déposé plainte. Des opérations de sécurisation se poursuivent dans le secteur de la cité-jardin de la Butte-Rouge à Châtenay-Malabry.

Mercredi, le préfet de Police Laurent Nuñez s'est rendu sur place. "Je suis allé à la rencontre des policiers de Colombes et de Châtenay-Malabry pour les remercier pour leur action au quotidien et pour leur témoigner tout mon soutien face aux attaques indignes dont ils ont fait l'objet", a tweeté l'ancien secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur.


I.N avec le service police-justice de TF1/LCI

Tout
TF1 Info