Homme tué par une balle perdue à Dijon : deux individus en garde à vue

par T.A. avec le service police-justice de TF1/LCI
Publié le 2 décembre 2023 à 12h28

Source : JT 13h Semaine

Un homme est mort à Dijon, dans la nuit du 25 au 26 novembre, après avoir reçu une balle perdue alors qu'il dormait.
Les tirs visaient un point de deal situé sous sa fenêtre.
Deux hommes sont actuellement en garde à vue dans le cadre de cette enquête, a appris ce samedi le service police-justice de TF1/LCI.

L'enquête progresse à Dijon après la mort d'un homme, victime d'une balle perdue dans la nuit du 25 au 26 novembre. Un père de famille avait été tué dans son sommeil. Les tirs semblaient en fait viser le point de deal qui se situait sous la fenêtre de son appartement du quartier de Stalingrad, connu pour le trafic de drogue.

"Des gardes à vue sont actuellement en cours à la suite des tirs mortels survenus" le week-end dernier, confirme ce samedi 2 décembre le parquet de Dijon. Il s'agirait de deux hommes, interpellés jeudi matin dans les Pyrénées-Orientales, alors qu'ils tentaient de prendre la fuite vers l'Espagne, a appris le service police-justice de TF1/LCI. Ces gardes à vue sont susceptibles de durer jusqu'à lundi matin. Le parquet "n'entend pas communiquer davantage tant qu'elles sont en cours", a-t-il par ailleurs précisé.

Une vingtaine d'opérations anti-stups dans la ville depuis la fusillade

Âgée de 55 ans, la victime était le père d'une famille kosovare arrivée dans le pays il y a 14 ans. "Mon père et moi, avec ma mère, on a été réveillés par une succession de coups de feu, puis ça s'est arrêté, a expliqué à l'AFP sa fille, âgée de 23 ans, après le drame. Puis ça a repris, et quand on est allés voir mon père qui dormait dans son lit, il était mort." Elle assure aujourd'hui vouloir quitter la ville bourguignonne. 

"Il y a quelques années, il y a déjà eu des coups de feu sur la façade de l'immeuble qui avaient déjà touché notre appartement", a ajouté la jeune femme, qui préfère rester anonyme, estimant qu'il s'agissait "sûrement d'un règlement de comptes". Mercredi, le préfet de région avait annoncé que quatre personnes avaient été interpellées depuis cette fusillade. Une vingtaine d'opérations anti-stupéfiants ont également été menées à Dijon et dans ses alentours, alors qu'une compagnie de CRS a été envoyée dans la ville à la suite de ce nouveau fait divers.

Plusieurs autres personnes ont été victimes de balles perdues lors de fusillades liées au trafic de drogue cette année en France.  À Nîmes (Gard), Fayed, un petit garçon âgé de dix ans, a notamment perdu la vie fin août, touché par balles dans un règlement de comptes liée à la guerre des stupéfiants.  


T.A. avec le service police-justice de TF1/LCI

Tout
TF1 Info