Une forte explosion a retenti ce mercredi vers 17h rue Saint-Jacques dans le Ve arrondissement.
Le sinistre s'est produit dans un immeuble abritant notamment la Paris American Academy, école de mode privée, et des bureaux dédiés à l'enseignement catholique.
Près de 300 pompiers ont été déployés sur le site et au moins 37 personnes ont été blessées, selon un bilan provisoire.

Un "bruit d'une puissance hors norme", une "boule de feu","des débris dans le ciel", une "épaisse fumée noire", selon les mots des témoins directs, puis des "flammes ravageant un immeuble". Ce mercredi 21 juin en fin d'après-midi, une énorme explosion a retenti sur la rive gauche, rue Saint-Jacques précisément, dans le Ve arrondissement. 

Des dizaines de témoins ont immédiatement alerté les pompiers qui ont été déployés sur place pour circonscrire l'impressionnant incendie qui a succédé à cet événement. Voici ce que l'on sait de ce drame. 

À 16h55, une explosion

L'explosion a eu lieu à 16h55, au 277 rue Saint-Jacques, faisant fuir de nombreux passants terrorisés. Les premiers messages illustrés de photos ou de vidéos sont arrivés sur les réseaux sociaux quelques minutes plus tard, montrant notamment des flammes ravageant le bâtiment écroulé, situé aux abords directs de l'église du Val-de-Grâce. 

D'autres témoins ont filmé l'épaisse fumée noire visible à plusieurs kilomètres de là. Le bruit de l'explosion a également été entendu dans de nombreux arrondissements limitrophes.

Qu'abrite l'immeuble sinistré ?

Le bâtiment touché est un immeuble ancien. Il donne sur la rue Saint-Jacques et abrite une école privée de mode, la Paris American Academy, dispensant des cours en anglais. L'école peut accueillir jusqu'à une centaine d'élèves. Le bâtiment accueille également des bureaux notamment dédiés à l'enseignement catholique et des associations. 

Policiers, pompiers, armée

"270 sapeurs-pompiers de Paris sont mobilisés sur ce sinistre et 70 véhicules", selon Laurent Nuñez, préfet de police de Paris.

"Les sapeurs-pompiers ont très rapidement empêché la propagation de cet incendie à deux immeubles mitoyens qui ont été déstabilisés par l'explosion et qui ont donc été évacués. Nous avons de nombreuses vitres qui ont été soufflées dans les périmètres environnant", a souligné le préfet. 

En plus des soldats du feu, des dizaines de policiers sont également sur le site pour maintenir l'important dispositif de sécurité mis en place. L'armée est également déployée sur place, l'immeuble sinistré étant adjacent à l'église du Val-de-Grâce et à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. 

37 blessés, dont quatre en urgence absolue

Avant 22h, Gérald Darmanin, qui s'est rendu sur les lieux du sinistre, a dressé un nouveau bilan provisoire. "Je veux dire le fort sentiment du gouvernement devant les très nombreux blessés : 33 blessés en urgence relative et 4 blessés en urgence absolue dont nous apprenons que les pronostics vitaux sont engagés", indique le ministre de l'Intérieur. "Je voudrais avoir une pensée pour les victimes", ajoute-t-il. 

Les opérations de secours se poursuivent dans une rue jonchée de gravats et de bris de verre. Deux personnes sont portées disparues. "Les chiens ont marqué et il est donc possible que nous retrouvions cette nuit des corps ou des personnes vivantes", explique le pensionnaire de l'Hôtel de Beauvau. 

L'incendie est circonscrit

À 18h40, le préfet de police a annoncé que l'incendie était "circonscrit".

Une cellule de crise

Une cellule de crise a été mise en place. La maire de Paris, Anne Hidalgo, et la maire du Ve arrondissement se sont rendues sur le site. Dans la soirée, Gérald Darmanin a également rallié la rue Saint-Jacques. 

Une enquête ouverte par le parquet de Paris

Le parquet de Paris a ouvert une enquête ouverte pour "blessures involontaires entraînant plus de trois mois d'incapacité de travail par violation d'une obligation de prudence ou de sécurité" et l'a confiée à la direction centrale de la police judiciaire. 

La procureure de la République de Paris, Laure Beccuau, s'est rendue sur place."La priorité a été donnée aux soins des victimes et à la sécurisation des lieux. Au fil des heures, nous adapterons la communication judiciaire au gré de l'évolution des éléments d'enquête dont nous disposons", a déclaré la magistrate face aux médias. Et d'ajouter : "Nous allons nous interroger sur le point de savoir s'il y a eu un non-respect d'une règlementation ou une imprudence individuelle qui aurait conduit à cette explosion qui elle-même aurait conduit à ses blessures."

L'origine du sinistre pas encore connue

L'origine du sinistre n'était pas connue mercredi soir. Sur place, plusieurs témoins ont rapporté une forte odeur de gaz. "Nous ne connaissons pas l'origine (de l'explosion). Contrairement à ce que l'on a pu lire, à notre connaissance, il n'y a eu aucune alerte précédant (la déflagration", confirme Gérald Darmanin. Les investigations, auditions et les constatations se poursuivent. 


A.S

Tout
TF1 Info