INFO TF1/LCI - Les casseurs de coffres de milliardaires sous les verrous

Georges Brenier
Publié le 21 décembre 2018 à 16h48
INFO TF1/LCI - Les casseurs de coffres de milliardaires sous les verrous

Source : PATRICK KOVARIK / AFP

COUP DE FILET - Les policiers la considéraient comme l’équipe de cambrioleurs la plus redoutable de Paris. D’après nos informations, trois hommes ont été arrêtés dimanche dernier par la Brigade de répression du banditisme (BRB) de la PJ parisienne, soupçonnés d’avoir multiplié des casses chez de richissimes victimes. L’une d’elles est l’une des plus grandes fortunes mondiales.

Ils ont été pris la main dans le sac. Ou plutôt dans le coffre-fort. Dimanche dernier, le 16 décembre, trois voyous sortent discrètement d’un immeuble cossu du VIIe arrondissement de Paris. Dans leurs bras, des bijoux et des sacs à main de luxe. Valeur de leur butin : au moins 2,5 millions d’euros. Un trésor que les trois hommes n’auront même pas le temps de poser tranquillement dans le coffre de leur puissante berline allemande : en quelques secondes, les voilà menottes aux poignets, interpellés en flagrant délit par des policiers de la BRB lancés à leurs trousses. 

Les trois suspects ne s’étaient pas attaqués à n’importe qui. Leur victime - absente au moment des faits - est une richissime Brésilienne. Propriétaire d’un des géants locaux du BTP, son patrimoine est évalué à plus de trois milliards d’euros. 

Lire aussi

Surveillés comme le lait sur le feu

Placé en garde-à-vue, le trio est vite confondu dans d’autres cambriolages de haut vol. Quatre en l’espace de quelques jours, dans les quartiers chics de Paris comme à Boulogne-Billancourt. Les trois suspects, des Serbes âgés de 30 à 45 ans, auraient enchaîné les "casses" de façon quotidienne. En l’espace de trois petits jours, juste avant leur arrestation, ils auraient dérobé 260.000 euros. Un milliardaire russe, propriétaire d’un hôtel particulier estimé à près de 20 millions d’euros, leur a échappé de peu : désireux de déménager, il avait vidé l’ensemble de sa propriété.  

Surveillés comme le lait sur le feu par la BRB, le gang était parfaitement rôdé. Les malfaiteurs agissaient généralement en début de soirée. L’un d’eux escaladait alors à mains nues la façade de l’immeuble visé - en se basant uniquement sur des lampes allumées ou non dans les appartements - avant de casser une fenêtre, de s’introduire dans les lieux puis d’ouvrir la porte pour faire entrer leurs complices. Le trio n’hésitait pas alors à démonter à coups de pied de biche les coffres forts de leurs victimes. 

Mis en examen à l’issue de leur garde-à-vue par un juge d’instruction parisien, tous les trois ont été incarcérés dans la foulée. 


Georges Brenier

Tout
TF1 Info