INFO TF1 - Le hacker de Transavia sous les verrous

Georges BRENIER
Publié le 19 mai 2022 à 12h53, mis à jour le 19 mai 2022 à 14h25
INFO TF1 - Le hacker de Transavia sous les verrous

Source : Mikhail Fesenko on Unsplash

Un jeune de 21 ans a récemment été interpellé par la PJ parisienne, selon nos informations.
Il avait réussi à pirater les données personnelles de plus de 500 personnels de la compagnie aérienne française, filiale du groupe Air France–KLM.

Il se rêvait en chevalier blanc de l’informatique. Un sauveur 2.0, prêt à hacker des milliers de documents dans le seul but, selon lui, d’aider ses victimes à mieux protéger leurs données. Le petit génie en informatique a pourtant eu droit à une sacrée douche froide le mardi 10 mai au petit matin en voyant la police judiciaire parisienne lui "mettre les pinces" aux poignets. 

Le suspect, âgé de 21 ans seulement, a été interpellé par les enquêteurs de la Brigade de lutte contre la cybercriminalité (BL2C) de la police judiciaire parisienne. Il est soupçonné d’avoir, au début de l’année, dérobé les données personnelles de quelque 500 employés de la compagnie aérienne low cost Transavia. Cartes d’identité, passeports, CV, certificats médicaux, etc… le pirate informatique avait réussi en quelques clics à s’introduire discrètement dans un serveur interne de l’entreprise. Le suspect avait ensuite mis en ligne, sur un site hébergé en Nouvelle-Zélande, les documents dérobés.

"N’oubliez pas que nous ne sommes pas les méchants dans cette histoire" avait alors écrit le voyou du Web dans des messages envoyés à ses victimes. "Il prétendait vouloir aider Transavia à améliorer son système de sécurité informatique, évidemment contre rémunération, explique un bon connaisseur de l’affaire. Cela ne l’empêchait pas de tenter d’extorquer certains employés, en leur réclamant des versements de bitcoins".

Les investigations techniques menées par les enquêteurs spécialisés de la BL2C finiront par payer. Peu à peu, les policiers remontent la trace du pirate anonyme, qui vit dans l’Allier. En perquisition, les "limiers" ont saisi des dizaines de téléphones portables, sans doute destinés à brouiller les pistes et déjouer les surveillances policières. Le jeune homme possédait trois ordinateurs. "L’un d’eux était crypté, explique une source. Le suspect a refusé de donner ses codes d’accès".  Après quarante-huit heures de garde à vue, le pirate informatique a été mis en examen et incarcéré. Contactée par TF1, Transavia n’a pas souhaité faire de commentaires. 


Georges BRENIER

Tout
TF1 Info