Insécurité : que disent les chiffres du ministère sur la délinquance des étrangers en région parisienne ?

Publié le 9 novembre 2022 à 6h03
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Interstats, service de statistiques du ministère de l'Intérieur, a publié une étude sur les incidents dans les transports franciliens en 2021.
Les chiffres indiquent notamment que les mis en cause seraient principalement des étrangers.

C’est un document passé inaperçu à sa sortie, en septembre, mais qui a refait surface en raison de l’actualité récente. Une étude sur les vols et violences enregistrées dans les transports en commun d’Île-de-France en 2021 a été publiée par Interstats, le service de statistiques du ministère de l’Intérieur.

Des mis en causes extra-européens

Comme l’explique Le Parisien, cette grande étude évoque notamment la délinquance des étrangers. Selon l’étude, près de 93% des individus mis en cause dans des vols sans violences dans les transports de la région sont identifiés comme étant des étrangers. En ce qui concerne les vols avec violence, ce serait près de 8 individus sur 10 mis en cause qui seraient d’origine étrangère.

L’étude se concentre également sur les agressions et vols supposément commis par des personnes de nationalité étrangère dans la capitale. Selon les chiffres mis en avant par Interstats, 63% des vols sans violence, 42% des vols avec violence et 32% des coups et blessures volontaires sont réalisés par des personnes de nationalité étrangère.

Le document indique notamment que les ressortissants maghrébins sont la première représentation étrangère, avec près de 39% de mis en cause pour les vols sans violence, et 28% en ce qui concerne les vols avec violence, devant les ressortissants d’origine africaine (8 et 9%) et les Européens (9 et 2%).

Lire aussi

L’étude réalisée par une institution gouvernementale emploie le terme de "mis en cause", ce qui ne permet pas d’avoir de données parfaites : comme le rappelle l’analyse, "une personne mise en cause n’est pas forcément coupable". De plus, les individus récidivistes sont comptés autant de fois qu’ils sont mis en cause par les forces de l’ordre, et les individus arrêtés et bénéficiant d’une double nationalité sont parfois enregistrées sous leur seconde nationalité.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info