L'affaire Morandini

Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour "corruption de mineurs"

A. Lo. avec AFP
Publié le 5 décembre 2022 à 15h02
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Jean-Marc Morandini a été reconnu coupable de "corruption de mineurs" sur trois adolescents entre 2009 et 2016 par le tribunal correctionnel de Paris.
L'animateur télé a été condamné à un an de prison assorti d'une période de sursis probatoire de deux ans.
La juge a ajouté une obligation de soin afin qu'il comprenne ses "passages à l'acte transgressif".

Jean-Marc Morandini avait plaidé "l'humour", il a finalement été reconnu coupable de l'ensemble des faits qui lui étaient reprochés. L'animateur télé a été condamné ce lundi 5 décembre par le tribunal correctionnel de Paris à un an de prison assorti d'une période de sursis probatoire de deux ans pour "corruption de mineurs" sur trois adolescents entre 2009 et 2016.

Il devait répondre de messages envoyés à deux jeunes de 15 ans, en 2013 et en 2015-2016, qui consistaient pour l'un à évoquer des scénarios sexuels et, pour le second, à lui demander d'envoyer une photo de lui dénudé.

"Aucune remise en question" amorcée

À la barre, Jean-Marc Morandini, 57 ans, avait reconnu une "imprudence" mais s'était défendu en invoquant notamment une forme d'"humour". Ses avocates avaient, elles, plaidé la relaxe, fustigeant un dossier bâti sur des "déclarations très fluctuantes" et parasité par un supposé "lynchage médiatique".

Lors du rendu du jugement, la présidente s'est émue que "malgré le temps écoulé, aucune remise en question n'avait été amorcée" par Jean-Marc Morandini sur ces "passages à l'acte transgressifs". En plus de sa peine, la juge a également prononcé à l'encontre de l’animateur, qui n'était pas présent au tribunal lors du rendu du jugement, une obligation de soin. La présidente a néanmoins souligné qu'il "ne ressort ni du dossier ni des débats, que l'on puisse qualifier Jean-Marc Morandini de prédateur ou de pédophile". 

Lire aussi

"Ce jugement est incompréhensible et assez sévère, et nous entendons faire appel de cette décision", a réagi l'avocate du prévenu, Me Corinne Dreyfus-Schmidt. Un second procès attend dans les prochains mois le présentateur télé pour le "harcèlement sexuel" d'un comédien, majeur, dans le cadre d'un casting pour une web-série érotique.


A. Lo. avec AFP

Tout
TF1 Info