La dissolution du "Comité Action Palestine" suspendue par le Conseil d'État

Anastasia Nicolas avec AFP
Publié le 29 avril 2022 à 17h16
JT Perso

Source : TF1 Info

Le ministère de l'Intérieur accusait cette association d'appeler "à la haine, à la violence et à la discrimination".
Ce groupe se présente comme une association œuvrant "pour la réalisation des droits nationaux du peuple palestinien".
"Collectif Palestine", une autre association pro-Palestine, avait également été dissoute.

Le Conseil d'Etat a suspendu ce vendredi 29 avril l'exécution du décret de dissolution du "Comité Action Palestine" prononcée en mars par le ministère de l'Intérieur. Gérald Darmanin accusait cette association d'"appel à la haine, à la discrimination, à la violence" et de "provocation à des actes terroristes".

Saisi en référé par l'association, le Conseil d'État estime dans sa décision que la mesure de dissolution "porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d'association et à la liberté d'expression".

Une "offense" contre la communauté musulmane, estiment les avocats

Les avocats de l'association, Me William Bourdon et Vincent Brengarth, avaient annoncé leur intention de contester cette décision devant le Conseil d'État. 

Dans un communiqué, ils avaient exprimé, "leurs plus vives préoccupations devant cette nouvelle offensive dirigée contre les acteurs associatifs défendant la communauté musulmane, dans le contexte de la loi séparatisme" en ajoutant "s'inquiéter d’une dissolution qui vise à étouffer toute critique, certes dure, de la politique d’Israël."

Lire aussi

Sur son site internet, "Comité Action Palestine" se présente comme une association œuvrant "pour la réalisation des droits nationaux du peuple palestinien", notamment "le droit au retour des réfugiés, c'est-à-dire la libération de la terre arabe de Palestine". Cette structure dit également dénoncer "le sionisme en tant que mouvement colonialiste et raciste".

Le décret de dissolution faisait état d'un "soutien à diverses organisations terroristes" qui "va de pair avec une légitimation des méthodes terroristes, dès lors que leurs auteurs se réclament de l'intérêt du peuple palestinien ou visent les intérêts d'Israël"


Anastasia Nicolas avec AFP

Tout
TF1 Info