La grand-tante de Leslie Hoorelbeke soupçonnée d'être impliquée dans une affaire de meurtre remontant à 1995

par A.S
Publié le 25 mai 2023 à 19h04
La grand-tante de Leslie Hoorelbeke soupçonnée d'être impliquée dans une affaire de meurtre remontant à 1995

La grande-tante de Leslie Hoorelbeke, disparue en novembre et dont le corps sans vie a été retrouvé en mars dernier, a été interpellée mardi par la police judiciaire de Versailles.
Cette septuagénaire, soupçonnée d'être impliquée dans un "cold case" remontant à 1995, a été mise en examen ce jeudi.
Elle serait liée à la mort de Corinne Di Dio, dont le cadavre avait été retrouvé démembré dans une malle.

Il y a quelques semaines, son nom, Marie-Thérèse G., est apparu dans les médias à l'occasion d'un appel à témoins lancé pour tenter de retrouver un chien : Onyx. Cette septuagénaire qui lançait alors un cri de désespoir pour localiser le staff croisé malinois est la grand-tante de Leslie Hoorelbeke, jeune femme âgée de 22 ans et disparue fin novembre dans les Deux-Sèvres avec son compagnon, Kévin Trompat, après une soirée chez des amis. Leurs cadavres ont finalement été retrouvés début mars, enterrés dans les Deux-Sèvres le chien de Leslie n'a, lui, jamais été retrouvé, d'où l'appel lancé par Marie-Thérèse G. 

Ce jeudi, son nom est à nouveau apparu dans la presse. Pas pour rechercher Onyx cette fois, mais dans une terrible affaire remontant à plus de 20 ans. La grande-tante de Leslie Hoorelbeke a en effet été interpellée dans les Yvelines et placée en garde à vue mardi 23 mai par les policiers de la brigade criminelle de Versailles, a indiqué une source proche de l'enquête à TF1-LCI confirmant une information du Parisien, dans le cadre d'investigations menées sur un "cold case" : celui de la mort de Corinne Di Dio. 

Garde d'enfant et adultère

En juin 1995, cette femme âgée de 37 ans avait disparu après avoir quitté son travail dans les Yvelines. Son corps sans vie, décapité et démembré, avait été retrouvé quelques jours plus tard dans une malle flottant dans la Seine, près des Andelys (Eure). Marie-Thérèse G., 77 ans, qui s'est constituée partie civile dans le dossier Leslie et Kévin, est soupçonnée d’avoir commandité le meurtre de cette trentenaire et plusieurs mobiles sont envisagés. 

Comme le rappellent nos confrères, en 1995, Corinne Di Dio était séparée de son concubin, Antonio M. "qui n’était autre que le beau-fils de Marie-Thérèse G." "Le couple avait eu un garçon ensemble et se déchirait sur la garde, au point que Corinne Di Dio avait porté plainte contre son ex-conjoint pour enlèvement d’enfant, ce qui avait conduit à sa brève incarcération au début des années 1990. Marie-Thérèse G. avait pour habitude de garder leur fils quand les disputes faisaient rage", mentionne le quotidien. 

La garde de cet enfant a-t-elle constitué un mobile pour ce meurtre ? Si c'est le cas, ce ne serait pas le seul. Toujours selon Le Parisien, une affaire d'adultère pourrait aussi avoir été un facteur déclencheur. "Marie-Thérèse G. avait noué une relation intime avec un frère de son beau-fils Antonio, Francisco M. Or, il apparaît que ce dernier l’aurait trompée avec… Corinne Di Dio". Marie-Thérèse G. a-t-elle voulu se débarrasser de sa rivale ?  L'enquête le dira. La mise en cause a été déférée ce jeudi devant la juge d’instruction de Versailles. Elle a été mise en examen et placée en détention provisoire. 


A.S

Tout
TF1 Info