L'attaque au Louvre

La Joconde "entartée" au musée du Louvre, l'auteur arrêté et placé en psychiatrie

Kattalin Caubet
Publié le 30 mai 2022 à 11h54
La Joconde "entartée" au musée du Louvre, l'auteur arrêté et placé en psychiatrie

Le célèbre tableau de Léonard de Vinci a été la cible d'un jet de gâteau à la crème ce dimanche au musée du Louvre, mais l'œuvre était protégée derrière une vitre blindée.
Rapidement interpellé, l'auteur des faits a été transféré à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris.

La Joconde victime d’un acte malveillant. Le tableau de Léonard de Vinci, l’une des principales œuvres du musée du Louvre, a été attaqué par un visiteur ce dimanche 29 mai en début d'après-midi, selon des images et témoignages relayés sur les réseaux sociaux. 

D’après les visiteurs présents sur place, l’auteur de l’acte était un homme déguisé avec une perruque qui s’est levé de son fauteuil roulant pour tenter de casser la vitre blindée servant de protection au tableau, avant d’y étaler du gâteau à la crème dessus et de jeter des roses par terre. 

Le musée a ensuite annoncé porter plainte, lundi.

Un geste pour "la Terre"

La sécurité du musée est intervenue très rapidement et l'individu a pu être interpellé. "Pensez à la Terre. Il y a des gens qui sont en train de détruire la Terre. Pensez-y", a-t-il alors lancé pour expliquer son geste. "Tous les artistes, pensez à la Terre. C’est pour ça que j’ai fait ça. Pensez à la planète." 

Heureusement, le tableau était très bien protégé et n’a pas été impacté. Les gardes du musée se sont ensuite empressés de nettoyer la vitre. Interrogé dimanche soir par l’AFP, le musée du Louvre a indiqué qu’il ne "souhaitait pas faire de commentaires"

Une enquête du chef de tentative de dégradation d'un bien culturel a été ouverte. Dans ce cadre, l'homme âgé de 36 ans a été admis à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris (I3P) dès dimanche.

Lire aussi

Ce n'est pas la première fois que le célèbre tableau de Léonard de Vinci est victime de vandalisme. En août 2009, une visiteuse russe avait lancé une tasse à thé vide en direction de La Joconde qui s'était brisée contre la vitrine blindée, et l’avait très légèrement éraflée. En 1974, à Tokyo, il avait aussi subi une tentative de vandalisme avec un spray rouge. 

Enfin, en décembre 1956, juste avant qu’il soit placé derrière une vitre sécurisée, un Bolivien avait lancé une pierre sur le tableau, lui endommageant le coude gauche. C'est après cela que l'œuvre avait été placée derrière une vitrine sécurisée. 


Kattalin Caubet

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info