La soirée joints-McDo d'Abdeslam juste après les attentats du 13 novembre

Le service METRONEWS
Publié le 16 juin 2016 à 8h07
La soirée joints-McDo d'Abdeslam juste après les attentats du 13 novembre

TEMOIGNAGE – Un lycéen d'une cité de Châtillon (Hauts-de-Seine) a raconté au "Nouvel Observateur" comment lui et ses amis ont rencontré sans le savoir Salah Abdeslam dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015 et passé une partie de la soirée avec cet inconnu qui affirmait être venu rendre visite à des cousins à Paris.

Sept mois après les attentats du 13 novembre, un témoignage vient éclairer ce qu'a fait le seul survivant du commando qui a ensanglanté Paris, Salah Abdeslam, durant la nuit qui a suivi les attaques. Ce mercredi, le Nouvel Observateur a dévoilé le récit d'un lycéen de Châtillon (Hauts-de-Seine) qui a rencontré le djihadiste dans la nuit du 13 au 14 novembre.

Alors qu'il se trouve avec ses amis dans une cage d'escalier de l'une des tours de la Cité Vauban, le petit groupe voit arriver un inconnu. Il porte un sac McDonald's acheté sans doute dans le restaurant qui se trouve au pied des tours.

Abdeslam raconte être venu voir des cousins

Celui-ci cherche un endroit calme pour manger et se reposer. Selon le témoignage du lycéen, le jeune homme est "sympa" et va passer une partie de la nuit à fumer du haschich et discuter avec eux. Ces derniers ne savent pas à qui ils ont affaire. Abdeslam leur raconte qu'il est allé voir des cousins à Barbès (18e arrondissement de Paris) et que la police a immobilisé sa voiture en lui posant un sabot.

A LIRE AUSSI >>  Salah Abdeslam mis en examen et placé en détention provisoire

"Il nous a beaucoup parlé de lui, il nous a raconté qu’il travaillait dans la maintenance des trams en Belgique. Il nous a parlé de sa fiancée, il nous a dit qu’il allait bientôt se marier", poursuit le lycéen interrogé par l'hebdomadaire. Autant de faits qui ne sont plus d'actualité, rappelle L'Obs. En effet, Abdeslam a été licencié de la société de transports bruxellois en 2011 et s'est séparé de sa petite amie quelques jours plus tôt.

Le groupe regarde une vidéo amateur des attaques

Plus surréaliste encore, alors que les informations relatives aux attentats sanglants qui viennent de se produire à Paris et Saint-Denis ne cessent d'arriver sur les portables des jeunes, la petite bande regarde une vidéo amateur montrant les terroristes du Bataclan en train de tirer sur les forces de l'ordre. Abdeslam ne semble trahir aucune émotion : il était "ni exalté, ni atterré, juste 'curieux'", se souvient le lycéen qui témoigne. Détail troublant, rapporte ce dernier, la doudoune de l'inconnu qui les a rejoints ce soir-là "était gonflée, il avait un air bizarre", ce qui le laisse penser, a posteriori, qu'à ce moment-là, Abdeslam portait toujours sa ceinture d'explosif sur lui.

Ensuite, vers 4h, alors que le groupe quitte la cage d'escalier, il laisse le terroriste qui semble vouloir dormir. Il sera récupéré quelques heures plus tard par Hamza Attou et Mohammed Amri.

A LIRE AUSSI 
>>  Une liste de "cibles françaises" dans l’ordinateur de Salah Abdeslam
>> 
Portrait d'un délinquant radicalisé
 


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info