Le Mont Valérien dégradé par une inscription anti-pass sanitaire, Macron dénonce "de la bêtise à l'état pur"

Thomas Guien
Publié le 13 décembre 2021 à 16h00, mis à jour le 13 décembre 2021 à 18h08
Le Mont Valérien dégradé par une inscription anti-pass sanitaire, Macron dénonce "de la bêtise à l'état pur"

PATRIMOINE - Le Mont Valérien a été vandalisé dans la nuit de dimanche à lundi par une imposante inscription "Anti Pass", avec les deux "s" dessinés pour ressembler au sigle "SS", ont annoncé les autorités. Le président de la République a fait savoir que les auteurs allaient être retrouvés et jugés.

"Je suis révoltée." Geneviève Darrieussecq, la ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, a annoncé ce lundi matin que le Mont Valérien avait été dégradé au cours de la nuit. Une plainte va être déposée.

Une imposante inscription "Anti Pass", avec les deux "s" dessinés pour ressembler au sigle "SS", a été découverte par les autorités. Cette inscription sur le Mémorial fait 50 mètres de long.

Lundi après-midi, Emmanuel Macron a déploré "une insulte à la mémoire de nos héros et à la mémoire de la Nation", assurant que "les auteurs ser[aient] retrouvés puis jugés".

Depuis Budapest, où il est en visite, Emmanuel Macron en a rajouté une couche, dénonçant un acte "indigne". "Souiller ce lieu est indigne et aucun combat ne justifie ça. C’est s’attaquer à la mémoire de nos combattants, à notre histoire, c'est tout confondre au fond. C'est de la bêtise à l’état pure à tous égards, ajouter à une forme de profanation.", a vivement critiqué le chef de l'État.

Rien n'excuse ni la bêtise ni la haine"

"Le préfet condamne avec la plus grande fermeté ces indignes dégradations de ce lieu symbole de la France résistante et combattante. Les forces de police sont mobilisées pour identifier et retrouver les auteurs", a réagi la préfecture des Hauts-de-Seine.

"Aucune cause ne justifie que l’on touche à ce lieu unique de notre mémoire nationale. C’est impardonnable, a ajouté Geneviève Darrieussecq. Nous déposerons plainte". "S’attaquer au Mont Valérien, c’est s’attaquer à notre mémoire nationale. S’attaquer à notre mémoire nationale, c’est fissurer le ciment de la République. Rien n’excuse ni la bêtise ni la haine", a déclaré pour sa part Florence Parly.

Lire aussi

Ce Mémorial de la France combattante, monument solennel inauguré le 18 juin 1960 par le général de Gaulle dans une clairière située à Suresnes (Hauts-de-Seine), à l'ouest de Paris, est devenu le haut lieu de mémoire de la France libre. Catholiques, juifs ou athées, Français, Arméniens, Espagnols, Hongrois, Polonais, Italiens et même Allemands : plus de 1000 fusillés sont tombés au Mont Valérien. 


Thomas Guien

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info