Un homme de 65 ans a été retrouvé mort mercredi dans un appartement de Saint-Etienne.
C'est une odeur pestilentielle émanant du domicile qui a alerté les voisins.
L'homme, masqué et enroulé dans une couette, était recherché depuis un mois.

Macabre découverte mercredi pour ces habitants d'un immeuble du quartier de Terrenoire à Saint-Etienne (Loire). En fin d'après-midi, après avoir été incommodés par une odeur pestilentielle, plusieurs d'entre eux ont décidé de pénétrer dans un appartement laissé à l'abandon. 

À l'intérieur, ils ont retrouvé un cadavre "entièrement masqué, roulé dans deux couettes, elles-mêmes nouées par une corde qui maintenait l’ensemble serré", détaille le procureur de la République David Charmatz, dans un communiqué. Une enquête a été ouverte du chef d'assassinat. Elle a été confiée à la Division de la Criminalité Organisée et Spécialisée (DCOS ex-PJ) de la direction interdépartementale de la police nationale de la Loire.

Une disparition inquiétante signalée il y a un mois

Immédiatement, les enquêteurs de ce service accompagnés de la police scientifique et d’un médecin légiste ont procédé aux premières constatations après avoir "libéré le corps de son emballage", précise le magistrat. 

D'après les premiers éléments, l'individu retrouvé mort serait un retraité de 65 ans, domicilié à Saint-Galmier, à une vingtaine de kilomètres de Saint-Etienne, et dont la disparition inquiétante avait été signalée le 14 février dernier par sa famille. Ce signalement avait donné lieu à ouverture d’une information judiciaire dès le 27 février des chefs d’"arrestation, enlèvement et séquestration".

Une autopsie prévue vendredi

"Cette découverte a conduit le parquet à saisir le juge d’instruction qui était déjà en charge du dossier lié à la disparition de l’intéressé, de réquisitions supplétives pour étendre sa saisine au crime d’assassinat. Les policiers ont donc mis fin à leur enquête, reprise sur commission rogatoire par les enquêteurs de la section de recherche de Lyon de la gendarmerie nationale", indique le procureur. 

L’autopsie aura lieu demain à l’Institut médico-légal afin, notamment, de confirmer l’identité du défunt et d'établir les causes de sa mort. 


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info