Maison squattée dans l'Essonne : le couple avait été mis en examen notamment pour "trafic de stupéfiants"

La rédaction de TF1info
Publié le 15 juin 2022 à 18h17, mis à jour le 15 juin 2022 à 22h04
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le couple qui a pu récupérer sa maison d'Olainville, après que celle-ci a été squattée, est très défavorablement connu de la justice.
Élodie et Laurent ont en effet été mis en examen depuis le 22 octobre 2021 pour trafic de stupéfiants, détention illicite d’arme de catégorie B et C et participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un délit.
Ils sont tous les deux sous contrôle judiciaire.

C'est grâce à l'intervention du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et du préfet de l'Essonne que le couple avait pu, il y a une semaine, récupérer sa maison. Élodie et Laurent avaient acheté il y a quelques mois un bien dans la commune d’Ollainville. Peu après, ils avaient selon eux découvert que leur maison était squattée. 

Devant les médias, le jeune couple avait affiché son désespoir et son histoire a été partagée des milliers de fois. Mais on en a appris un peu plus à son sujet ce mercredi. "Le couple qui prétendait ne pas savoir que la maison qu’il venait d’acheter était squattée est mis en examen depuis le 22 octobre 2021 pour trafic de stup, détention illicite d’arme de catégorie B et C et participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un délit. Ils sont tous les deux sous contrôle judiciaire", indique une source judiciaire à TF1, confirmant une information de RTL.

Agressée par une dizaine de personnes encagoulées

Selon nos informations, la famille qui occupait la maison a déposé plainte à deux reprises. Une première fois fin mai pour escroquerie. Celle-ci estime en effet qu’elle a été victime d’une arnaque car elle a bien acheté le logement et a fourni un récépissé à la justice.

Par ailleurs, quelques jours plus tôt, le 19 mai, la famille avait reçu la visite d’une dizaine de personnes dont faisait partie le Laurent et sa compagne Élodie. À ce moment- là, les individus les menace et leur demande de quitter le logement. La famille se défend, appelle du renfort. La gendarmerie est obligée d’intervenir pour séparer les groupes.

Après, la situation se tend. Laurent alerte les médias de la situation. La famille qui squatte est visée par un arrêté de mise en demeure délivré par le préfet. Elle décide de quitter les lieux avec leur cinq enfants dans la nuit du 10 juin. C’est là qu’elle dit avoir été agressée par une dizaine de personnes encagoulées. Parmi elles, l’un des parents, selon nos informations, croit avoir reconnu le propriétaire.

Lire aussi

Le lendemain de l’agression, le père et la mère qui disent tous les deux avoir été frappés à plusieurs reprises, ce qui leur a valu deux jours d’ITT décident de porter plainte pour violence en réunion. Une enquête a été ouverte qui devra déterminer avec précisions quels sont les auteurs de cette agression.

Toujours selon nos informations,   les agresseurs ont tous été prudents. Ils portaient des cagoules, des gants. "Des gens qui ont l’habitude de déjouer les techniques policières", souligne une source proche de l'affaire. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info