Normandie : un maire retrouvé les pieds et poings cloués dans un champ

Julien Vattaire avec AFP
Publié le 10 novembre 2022 à 7h38
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le maire délégué d'une commune de la Manche a été retrouvé blessé ce mercredi.
Une enquête a été ouverte.
L'élu a été concerné par plusieurs enquêtes pour des agressions subies ces derniers mois.

Une agression d'une rare violence. Ce mercredi midi, le maire délégué de Saint-Côme-du-Mont, commune située dans la Manche, a été retrouvé blessé au visage, les mains et les pieds cloués. "Bernard Denis a été retrouvé vers 12h30 dans un champ à proximité de la salle des fêtes, blessé au visage et présentant des clous plantés dans le dessus des mains et dans chacun de ses talons", a fait savoir Michaël Giraudet, procureur de la République, contacté par l'AFP.

Lire aussi

L'édile a été immédiatement "transporté au centre hospitalier de Saint Lô pour y recevoir les soins nécessaires" pour subir des "examens médico-légaux", selon le parquet. Par ailleurs, une enquête pour violences aggravées a été confiée à la brigade des recherches de Saint-Lô avec l’appui de la cellule d’investigation criminelle de la gendarmerie nationale.

Une agression inventée

Il ne s'agit pas de la première agression subie par Bernard Denis. Deux procédures, pour l'incendie de son garage et de son véhicule ainsi que des menaces de mort, "ont fait l’objet d’un classement sans suite pour défaut d'identification d’un potentiel auteur", a indiqué le procureur de la République. Selon lui, "les très nombreuses et très longues investigations diligentées" n'ont pas permis "de mettre en cause qui que ce soit".

Au mois de mai dernier, Bernard Denis a indiqué avoir eu son fourgon ciblé de deux tirs. Mais les investigations ont permis de démontrer qu'il avait menti. "Entendu en juin 2022, il avait reconnu avoir tiré lui-même dans son fourgon et avoir inventé cette agression", a précisé Michaël Giraudet, procureur de la République. À la suite de ces faits, il comparaîtra pour "dénonciation de délit imaginaire" selon la procédure de reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) dans les prochaines semaines.


Julien Vattaire avec AFP

Tout
TF1 Info