Une marche blanche est organisée ce samedi après-midi en mémoire de Thibault, un enfant de 10 ans en CM2 qui s'est donné la mort fin avril à Saint-Bonnet-le-Château (Loire).
La piste du harcèlement scolaire est envisagée.
Une enquête a été ouverte.

Il s'est donné la mort le 29 avril dernier, à seulement 10 ans. Thibault, scolarisé en CM2 à l'école primaire de Saint-Bonnet-le-Château (Loire), s'est suicidé par pendaison, un drame qui a entraîné l'ouverture d'une enquête. Ce samedi, à partir de 16 heures, une marche blanche est organisée en sa mémoire à Montbrison, dans le même département. 

La mère de la victime, qui a déposé une plainte contre X auprès de la gendarmerie, a affirmé à l'AFP que son fils, selon elle victime de harcèlement à l’école, "n’a pas supporté cette souffrance". "Peu de temps avant son suicide, Thibault avait décrit son calvaire lors d’une audition réalisée par le service de la Protection maternelle et infantile", précise l'avocate de la mère, Daria Verallo-Borivant.

Le parquet de Saint-Etienne a indiqué vendredi avoir ouvert une enquête en "recherche des causes de la mort", ajoutant que "la piste du harcèlement scolaire est creusée, pour le moment sans élément probant".

"Puni, isolé à la cantine"

Le rectorat de Lyon a de son côté indiqué que "des mesures pour apporter de la sérénité dans les difficultés relationnelles apparues entre certains élèves", avaient été mises en place début 2022, à la suite d’un signalement d’un autre enfant de l’école.  

"Plutôt que de le protéger, il était puni, isolé à la cantine, mis au fond dans la salle de classe et, en plus d'être humilié par ses camarades, il l'était également par les adultes 'encadrants' qui ne faisaient rien", accuse la mère de Thibault, aide-soignante au CHU de Saint-Etienne, ajoutant avoir vainement alerté la direction de l'école. 

"On compte sur votre présence dans la bienveillance, la compassion et l’empathie", écrivent les organisateurs de la marche blanche, tandis que leur pétition demandant "que justice soit rendue" à Thibault et aux enfants victimes de harcèlement scolaire avait reçu près de 5.000 signatures vendredi après-midi.


V.M avec AFP

Tout
TF1 Info