Marche contre l'antisémitisme à Paris : sécurité, parcours... Ce qu'il faut savoir

par Aurélie SARROT avec Marie Belot
Publié le 10 novembre 2023 à 18h04, mis à jour le 10 novembre 2023 à 20h23

Source : JT 20h Semaine

Dimanche 12 novembre, plusieurs événements sont organisés dans toute la France pour lutter contre l'antisémitisme.
À Paris, une marche partira des Invalides pour rejoindre les alentours du jardin du Luxembourg.
TF1info vous dit ce qu'il faut savoir sur cet événement.

Face à la recrudescence des actes hostiles aux juifs en France, le président du Sénat, Gérard Larcher, et la présidente de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, ont appelé en début de semaine "tous ceux qui se reconnaissent dans les valeurs de notre République" à participer dimanche 12 novembre à une "grande marche civique" contre l'antisémitisme. Une initiative soutenue vendredi soir par Emmanuel Macron, qui a salué "avec respect celles et ceux qui, dimanche, marcheront pour la République, contre l'antisémitisme et pour la libération des otages", selon l'Élysée. 

Plusieurs personnalités politiques ont d'ores et déjà annoncé qu'ils seront dans le cortège. Parmi elles, Elisabeth Borne, Première ministre, les anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande ou encore Marine Le Pen, présidente du groupe RN à l’Assemblée nationale.

Ce vendredi en fin d'après-midi, la préfecture de police de Paris donne des précisions sur cette marche "contre l’antisémitisme" mais aussi, précise-t-elle, "pour la France des droits de l’homme et pour la Nation réunie, pour dénoncer les porteurs de haine et pour la libération des otages dont huit compatriotes". Un important dispositif de sécurité va être mis en place pour l'occasion. 

Quel sera le parcours ?

La marche s’élancera à 15h depuis l’esplanade des Invalides, dans le 7e arrondissement de Paris, pour rejoindre la place Edmond Rostand, aux abords du Jardin du Luxembourg, dans le 6e arrondissement.

 

La marche empruntera l’avenue du Maréchal Gallieni, le quai d’Orsay, les boulevards Saint-Germain, Saint-Michel, entre 15h et 19h. Les participants sont invités à rejoindre l’esplanade des Invalides à partir de 14h pour le départ.

Circulation très perturbée et véhicules déplacés

Un dispositif spécifique de circulation est mis en place par les services de la préfecture de Police. La circulation routière risquant d’être fortement perturbée rive gauche à Paris.

"Le dispositif de circulation mis en place autour de la manifestation, entre l’esplanade des Invalides et la place Edmond Rostand, aura pour objectif de pallier les difficultés rencontrées, au fur et à mesure de la progression du cortège. Les véhicules particuliers stationnés le long du parcours ou ses abords feront l’objet de mesures de déplacement", détaille la préfecture de police dans un communiqué.

Il est vivement recommandé aux automobilistes de contourner très largement le secteur pendant toute la durée de l’évènement. La circulation sera rétablie progressivement, "en fonction de la physionomie des lieux."

Plusieurs stations de métro et de RER fermées

Plusieurs stations de métro et de RER seront fermées à l'occasion de la marche. Sont concernées les stations Concorde (M1, M8, M12), Assemblée Nationale (M12), Solférino (M12 et RER C), rue du Bac (M12), Saint-Germain des Prés (M4), Mabillon (M10), Odéon (M4 et M10), Cluny-la-Sorbonne (M10).

Les bus ne circuleront pas sur l'ensemble du parcours. 

Dispositif de sécurité

Selon nos informations, un dispositif de sécurité particulièrement important va être déployé, notamment pour assurer la protection des nombreuses personnalités politiques présentes. Des effectifs en tenue et en civil seront mobilisés au départ, à l'arrivée, et sur le trajet du parcours. Des drones pourraient être utilisés, ainsi qu'un ou plusieurs hélicoptères.

Sur BFMTV, Gérald Darmanin a indiqué que plus de 3000 policiers et gendarmes seraient mobilisés, ainsi que "des unités d'élite comme la BRI", pour prévenir de "toute personne qui voudrait s'en prendre aux manifestants et aux personnalités"

Les forces de l'ordre estiment qu'il n'y a a priori pas de risque en termes de débordements. Toutefois, si certains groupuscules venaient à s'infiltrer, ils seraient immédiatement interceptés par les forces de l’ordre, assure une source policière à LCI-TF1. 


Aurélie SARROT avec Marie Belot

Tout
TF1 Info