L'ancien militaire est jugé du 31 janvier au 18 février pour l'enlèvement, la séquestration et le meurtre de Maëlys de Araujo.
L'enfant, âgée de 8 ans au moment des faits, avait disparu fin août 2017 au cours d'un mariage.
Sa dépouille a été retrouvée en février 2018.

De la musique, des gens qui dansent, du champagne... Dans la nuit du 26 au 27 août 2017, ce qui devait être une célébration joyeuse a viré au cauchemar. Ce soir-là, dans la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin en Isère, le cousin de Jennifer de Araujo se marie.  Ce soir-là aussi, cette mère de famille, Jennifer de Araujo, va perdre la plus jeune de ses deux filles, Maëlys, 8 ans. Son corps ne sera retrouvé que six mois plus tard, le 14 février 2018, dans le massif de la Chartreuse.

À partir de ce lundi 31 janvier et pendant trois semaines, Nordahl Lelandais est jugé devant la cour d'assises de l'Isère pour le meurtre précédé de l’enlèvement et de la séquestration de cette enfant. L'ancien maître-chien militaire, qui aura 39 ans le 18 février prochain, encourt pour ces faits la réclusion criminelle à perpétuité.

Invité de dernière minute

Ce 26 août pourtant, Nordahl Lelandais ne devait pas être là. Invité de dernière minute au vin d'honneur,  l'homme âgé 34 ans à l'époque et connaissance du marié, reviendra ensuite à la fête, après le dîner. Maëlys, dans sa robe blanche, est au milieu des convives, souvent près de sa maman, puis de la jeune baby-sitter chargée de s'occuper des enfants. 

Au cours la soirée, la fillette demande à sa mère si elle peut regarder les photos des chiens sur le téléphone d'un convive qui lui a proposé. La mère accepte. Nordahl Lelandais lui montre les clichés de ses deux malinois. 

Puis la fête continue. À 1h30, la baby-sitter prend congé avec l'accord des parents. Des enfants s'endorment, les plus grands s'amusent, parmi lesquels Maëlys.  A 3 heures du matin, Jennifer De Araujo s'inquiète de ne plus voir Maëlys, à qui elle proposait un peu un peu plus tôt de partager un dessert. La fête s'arrête et tous les invités partent à la recherche de l'enfant, en vain. 

À 4 heures du matin, les gendarmes sont alertés. Un appel à témoins est diffusé. Les convives du mariage sont tous interrogés. De nombreuses recherches et battues sont opérées. Maëlys reste introuvable. Quelques jours plus tard, la piste criminelle est privilégiée.

Placé en garde à vue

Rapidement suspecté, Nordahl Lelandais, est interpellé. Plusieurs invités l'ont vu disparaître puis réapparaitre au cours de la soirée de mariage. Plusieurs aussi l'ont vu discuter avec la petite fille. Le maître-chien intrigue aussi car il présente des égratignures au bras et au genou. Le lendemain du mariage pendant plus de deux heures,  les enquêteurs vont découvrir qu'il a également méticuleusement nettoyé sa voiture dans une station de lavage. 

Placé en garde à vue le 31 août, l'ancien militaire reconnaît s'être absenté de la fête mais pour se changer, car son bermuda était "taché de vin". Quant au lavage de sa voiture, il le justifie par le fait qu'il devait la vendre. Le futur acheteur confirme.  Nordahl Lelandais est relâché le 1er septembre à la demande du procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, aujourd'hui retraité. "Je craignais une affaire type Dutroux, avec une petite fille enterrée vivante quelque part", explique l'ancien magistrat à l'AFP : la "stratégie" consistait donc à le libérer et à le surveiller de près.

Le 3 septembre, l'ancien militaire est de nouveau placé en garde à vue et interrogé pendant des heures. Le lendemain, il est mis en examen pour avoir enlevé, séquestré et détenu arbitrairement Maëlys, mineure de moins de 15 ans. Il est placé en détention. Des expertises ont montré qu'il avait utilisé un détergent puissant au cours du lavage de sa voiture, une Audi A3 grise. Le produit est connu pour brouiller l'odorat des chiens. Par ailleurs, une trace ADN de Maëlys est découverte dans sa voiture. Face au juge instruction, il reconnaît finalement que la petite fille est montée dans la voiture, mais pour "vérifier que ses chiens n'étaient pas à l'intérieur". 

Sa version est encore une fois mise à mal, quand, deux mois après la disparition de Maëlys, des images extraites de caméra de vidéosurveillance révèle la présence d'une silhouette blanche, côté passager, dans la voiture de Nordahl Lelandais, à la sortie du village notamment. Sur le trajet retour du véhicule, le maître-chien est seul dans son Audi… 

Confondu par une trace de sang

Malgré ses éléments, le suspect continue de nier. À l'automne 2017, Nordahl Lelandais est alors mis en examen dans une autre affaire, celle de la disparition du caporal Arthur Noyer en avril 2017 à Chambéry. La téléphonie notamment l'a trahi. 

Peu après, dans l'affaire Maëlys, il est confondu par une microscopique trace de sang découverte par les experts sur le tapis de sol du coffre de sa voiture. En février 2018, finit par avouer avoir tué involontairement la fillette dans sa voiture. Il conduit les enquêteurs jusqu'à un ravin du massif de la Chartreuse où sera retrouvé la dépouille de Maëlys ainsi que sa robe, et l'une de ses sandales. "Quand j'ai eu l'enquêteur qui m'a dit qu'ils avaient retrouvé Maëlys, j'ai eu comme un espoir de la revoir vivante, indique Joachim de Araujo, le papa de Maëlys. Et puis c'est là qu'il m'a avoué qu'il avait retrouvé un crâne."

 Les obsèques de la fillette seront célébrées, quelques mois plus tard, en juin.

"Mobile sexuel?"

Pour la famille de Maëlys De Araujo, ce procès sera une "terrible épreuve". "Elle attend que la justice prenne toute la mesure de la dangerosité de Nordahl Lelandais", selon Me Fabien Rajon qui défend notamment la mère et la sœur de la fillette. 

Dans l'émission Sept à Huit sur TF1, Jennifer de Araujo, la maman de Maëlys explique ce qu'elle attend de l'accusé qui a livré de nombreuses versions au fil des mois.  : "Qu'il arrête de dire que Maëlys est montée volontairement dans sa voiture, qu'il assume ce qu'il a fait vraiment. S'il y a eu viol ou pas. Puis j'aimerais savoir aussi ce que Maëlys lui a dit, ses derniers mots", 

"La question d'un éventuel mobile sexuel se posera vraisemblablement" même si les poursuites pour viol ont été écartées pendant l'instruction faute d’élément matériel, souligne Me Rajon, avocat des parents de Maëlys. L'accusé devra aussi s'expliquer, au cours du procès, sur les agressions sexuelles commises sur  deux petites cousines de 5 et 6 ans. Et sur des images pédopornographiques retrouvées sur son ordinateur et dans ses téléphones. 

Le procès de Nordahl Lelandais à Chambéry pour le meurtre d'Arthur Noyer n'avait pas permis de cerner sa personnalité énigmatique. Condamné en mai 2021 à 20 ans de réclusion, il n'a pas fait appel. À ce jour, aucun élément n'a permis d'étayer les multiples spéculations sur son possible parcours.

Près de 200 journalistes attendus

L'affaire Maëlys a soulevé une immense vague d'émotion en France. Le couple de Araujo n'a pas surmonté cette épreuve. Joachim et Jennifer de Araujpose sont depuis séparés. 

Le procès prévu au palais de justice de Grenoble devrait susciter encore plus d'échos médiatiques que celui de Chambéry.

La durée des audiences, sur trois semaines - du 31 janvier au 18 février- est bien plus longue que ne le veut l'usage pour ce type d'affaire. Un dispositif hors normes a été mis en place pour accueillir les plus de 160 journalistes accrédités.


Aurélie Sarrot avec AFP

Tout
TF1 Info