Meurtre de trois jeunes à Angers : le suspect mis en examen et écroué

Samuel Azemard avec AFP
Publié le 17 juillet 2022 à 22h52
JT Perso

Source : JT 20h WE

L'homme de 32 ans suspecté d'avoir tué trois hommes, dont un mineur, a été présenté mis en examen et écroué ce dimanche soir.
Une agression à caractère sexuelle sur deux jeunes filles serait la raison de ces meurtres.

Dans la nuit du 15 au 16 juillet dernier, trois personnes ont été tuées et trois autres blessées à Angers. L'homme de 32 ans suspecté d'avoir tué les trois victimes, dont un mineur de 16 ans, à coups de couteau, a été présenté ce dimanche soir à un juge d'instruction, a annoncé le parquet. Quelques heures plus tard, il a été mis en examen et écroué, "conformément à la demande du parquet des chefs de meurtres aggravés par la commission, dans un temps proche, d'un ou plusieurs autres crimes", "tentatives de meurtres aggravés" et "agressions sexuelles", a précisé le procureur Éric Bouillard dans un communiqué.  

Le suspect a ensuite été placé en détention provisoire sur décision du juge des libertés et de la détention (JLD).

Trois morts et trois blessés

"Au cours de sa garde à vue comme devant le magistrat instructeur, il n'a pas fourni de véritables explications à ses actes, précisant simplement qu'il n'en avait pas souvenir en raison de son alcoolisation", selon le procureur. Les faits se sont produits dans la nuit de vendredi à samedi "à la suite de l'agression à caractère sexuel de deux jeunes filles par le mis en cause", avait précisé le magistrat dans un précédent communiqué.  

"Éloigné dans un premier temps, il est revenu armé d'un couteau vers 2H50 du matin, pour porter des coups mortels" à trois jeunes gens âges de 16, 18 et 20 ans, a poursuivi le magistrat. Il précise également que "trois autres personnes ont été plus légèrement blessées par la même arme blanche". 

Lire aussi

L'homme de 32 ans avait d'abord été interpellé et roué de coups par des personnes présentes sur les lieux du drame, avant d'être pris en charge par les secours et la police. Placé en garde à vue, mais hospitalisé dans un premier temps en raison de ses blessures, il a finalement commencé à être entendu samedi en fin de journée.

Ressortissant soudanais de 32 ans, arrivé en France en 2016, le suspect a obtenu le statut de réfugié politique en 2018 "et se trouve donc en situation régulière (en France) jusqu’en 2028", a précisé le magistrat à l'AFP. 

Vive émotion à Angers

La mort tragique des trois jeunes gens a suscité une vive émotion à Angers, d'autant que deux d'entre eux avaient pratiqué le rugby depuis leur enfance et jusque l'an dernier au SCO Rugby. 

"Toute la famille du SCO Rugby Angers s’associe à la douleur des parents d’Atama et Manolito qui ont trouvé la mort cette nuit à Angers. Atama et Manolito étaient des enfants du club. Nous adressons nos sincères condoléances à leur famille et à toute la communauté Wallis", dont sont issues les victimes, a réagi le club sur Twitter.

"Toute la famille du SCO Rugby Angers s’associe à la douleur des parents d’Atama et Manolito qui ont trouvé la mort cette nuit à Angers. Atama et Manolito étaient des enfants du club. Nous adressons nos sincères condoléances à leur famille et à toute la communauté Wallis", dont sont issues les victimes, a réagi le club sur Twitter.


Samuel Azemard avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info