D'abord condamnés à 22 ans d'emprisonnement, les tueurs de Vanesa Campos ont été condamnés en appel à 17 et 14 ans de réclusion par la cour d'assises du Val-de-Marne.
Ils étaient jugés en appel pour le meurtre d'une travailleuse du sexe transgenre en août 2018 au bois de Boulogne, dans l'ouest parisien.

Deux hommes de nationalité égyptienne ont été condamnés en appel, jeudi 30 mars, à 17 ans et 14 ans de réclusion par la cour d’assises du Val-de-Marne pour le meurtre de Vanesa Campos, travailleuse du sexe transgenre, en août 2018 au bois de Boulogne à Paris.   

Mahmoud Kadri, 25 ans, et Karim Ibrahim, 30 ans, avaient d'abord été condamnés à 22 ans d'emprisonnement en première instance par la cour d'assises de Paris, en janvier 2022. "En réduisant de huit ans la peine de notre client, la cour, après des débats apaisés, a restitué le juste rôle de sa participation dans cette affaire", ont déclaré les avocats de Karim Ibrahim, Me Julien Fresnault et Me Fares Aidel, à l'issue du procès. 

20 et 15 ans requis par l'avocat général

Me Quentin de Margerie, avocat des parties civiles - dont la mère, la sœur de Vanesa Campos et cinq de ses collègues - n'a pas souhaité réagir au verdict. L'avocat général Olivier Auféril avait requis, mardi, des peines de 20 ans contre Mahmoud Kadri, âgé de 25 ans, pour meurtre en bande organisée et vol aggravé, et de 15 ans contre Karim Ibrahim, âgé de 30 ans, pour complicité de meurtre en bande organisée. "Dans cette affaire, il y a le tireur qui appuie sur la détente et celui que je considère comme un complice qui a créé les conditions pour que le geste fatal arrive", avait-il estimé. 

Le soir du crime, Mahmoud Kadri et Karim Ibrahim s'étaient retrouvés dans le bois de Boulogne avec une dizaine d'autres jeunes hommes pour affronter les "protecteurs" engagés par des prostituées transgenres sud-américaines, cibles depuis des années de voleurs égyptiens qui détroussaient leurs clients. Vanesa Campos, 36 ans, avait été tuée lors de cette expédition punitive dans la nuit du 16 au 17 août 2018, dans un endroit reculé du bois de Boulogne où elle exerçait depuis deux ans. Une véritable "exécution", selon Me Quentin de Margerie : "tuer, ils étaient parfaitement prêts à le faire et ils l'ont fait" lors de cette "expédition punitive", avait-il insisté, au nom des parties civiles.  

Devant la cour, l'avocat a décrit l'"enfer" du travail au bois de Boulogne, où les prostituées font face à des "voleurs armés, méthodiques" et "très violents", qui exercent une "mise en coupe réglée, une exploitation pure et simple de cet endroit". Il a également mis en avant la condition de ses femmes étrangères vulnérables, qui, face à ces violences, "ne savent pas vers qui se tourner" et qui, selon Me de Margerie, "ont peur de la police car beaucoup sont en situation irrégulière"

Dans le même temps, un Égyptien acquitté dans le procès en appel pour le meurtre de Vanesa Campos devant la cour d'assises du Val-de-Marne, a déposé plainte lundi 27 mars pour violences volontaires commises par un policier, a-t-on appris jeudi auprès de ses avocats. Karim Abousheisha accuse un des policiers de son escorte dans le box de l'avoir frappé au visage et insulté lors d'une suspension d'audience dans l'après-midi du vendredi 17 mars, ont indiqué ses avocats, Me Léa Zimmermann et Me Antoine Aussedat. 


Pierre Antoine VALADE avec AFP

Tout
TF1 Info