Morbihan : disparition du curé de Ploërmel, la piste d'un "acte volontaire" privilégiée

Publié le 25 janvier 2024 à 14h06

Source : Sujet TF1 Info

Le père Christophe Guégan s'est volatilisé dans la nuit du 17 au 18 janvier dans le Morbihan.
Sa voiture a été retrouvée à 10 km de là.
Une enquête pour disparition inquiétante a été ouverte par le parquet de Lorient.

 "Un homme souriant", "agréable". Depuis une semaine exactement, le père Christophe Guégan a disparu. Ce prêtre âgé de 57 ans était très connu et apprécié des fidèles, à qui il donnait souvent rendez-vous pour des messes, notamment à la paroisse de Ploërmel (Morbihan), où il officiait depuis plusieurs années. 

Jeudi 18 janvier, ce n'est pas dans cette paroisse qu'il avait rendez-vous mais chez les Dominicaines du Saint-Esprit, au lieu-dit de Pontcalec, à Berné, à 89 kilomètres de là, où il se rend de manière hebdomadaire. "Il est arrivé le mercredi soir pour dormir sur place comme il le fait habituellement car sa messe du matin est aux alentours de 7h. Mais le matin, il ne s'est jamais présenté devant les Dominicaines. À mesure que le temps a passé, tout le monde a commencé à s'inquiéter. On l'a cherché, mais il n'était pas dans sa chambre et sa voiture n'était plus là non plus", confie un porte-parole du diocèse de Vannes à TF1info, ce jeudi. 

Sa voiture a été retrouvée

Dès le début de l'après-midi du 18 janvier, les Dominicaines de l'Abbaye ont fait un signalement à la gendarmerie. Alerté de ces faits, le parquet de Lorient a ouvert une enquête, le jour-même, pour "disparition inquiétante". Les gendarmes de la communauté de brigades du Faouët ont alors lancé des recherches actives sur le terrain. 

"La dernière géolocalisation du téléphone, effectuée durant la nuit, a conduit les militaires des compagnies de Pontivy et de Quimperlé, à orienter leurs recherches vers le Finistère, aux environs de Locunolé. Un hélicoptère de la section aérienne de la gendarmerie de Rennes était sollicité. Avant même son arrivée sur les lieux, le véhicule du prêtre était retrouvé, vide de tout occupant, aux alentours de 15h30, sur la commune de Guilligomarc'h", a détaillé en fin de semaine dernière le procureur de la République de Lorient, Stéphane Kellenberger.

Les recherches, à pied et en hélicoptère notamment, se sont poursuivies sur tout le secteur et dès les premières investigations, le chien utilisé par les gendarmes les a conduits jusqu’aux abords d'une rivière, "particulièrement tumultueuse en cette période", a précisé le magistrat. Cette piste a été confirmée le lendemain, le samedi, par un chien de piste de race Saint-Hubert, venu de Rennes.

Pour autant, les nombreuses recherches menées depuis, sur les berges, dans les moulins avoisinants et les bâtis, n'ont toujours rien donné et le père Guégan demeure introuvable. 

"Pour nous, vraiment, c'est l'incompréhension, le père Guégan était toujours là pour la messe. Comment a-t-il pu disparaître en pleine nuit alors que les températures étaient glaciales ? Pourquoi serait-il parti comme ça sans prévenir ?" s'interroge un fidèle. 

Interrogé au sujet de cette disparition ce jeudi par TF1info, le procureur de la République de Lorient déclare que "cette enquête se poursuit dans le cadre désormais privilégié d’un acte volontaire de la personne disparue". Le magistrat a refusé d'en dire davantage à ce stade. 

Cette nouvelle thèse du suicide, relayée par plusieurs médias dès mercredi, a été une onde de choc pour les paroissiens. "Nous ne pouvons pas croire que le père Guégan ait mis fin à ses jours. Il allait bien, il n'a laissé aucune lettre allant dans ce sens. Nous ne croyons pas du tout à cette piste", nous confie l'un d'entre eux avant d'ajouter : "D'autres hypothèses sont envisageables et nous espérons vraiment qu'il sera bientôt retrouvé."


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info