Morbihan : une mère soupçonnée d'avoir égorgé son fils de 9 ans

Edwy Malonga
Publié le 8 septembre 2017 à 13h18, mis à jour le 8 septembre 2017 à 13h41
Morbihan : une mère soupçonnée d'avoir égorgé son fils de 9 ans

Source : @google maps

TERRIBLE - Le jeune fils d'un couple a été retrouvé assassiné en juillet dernier à leur domicile d'Elven, dans le Morbihan. Les soupçons se portent sur la mère, retrouvée allongée près du corps de l'enfant qui baignait dans son sang.

Il n'avait que 9 ans. Un garçonnet a été retrouvé mort égorgé dans la maison d'Elven (Morbihan)  où ses parents venaient d'emménager au mois de mars dernier, en provenance de Seine-et-Marne. La macabre découverte s'est produite le vendredi 28 juillet dernier, alors que son père et sa tante retrouvaient le corps sans vie du petit garçon dans sa chambre. Allongée à ses côtés, se trouvait sa mère comme le rapporte Le Parisien.

Elle a tenté de se suicider

Tandis que la gendarmerie et les pompiers ont été prévenus, la mère a tenté, en vain, de mettre fin à ses jours en se portant un coup de couteau à la gorge et aux poignets. Les plaies se sont avérées sans gravité. Cette femme a ainsi a été hospitalisée d’office, mise en examen pour meurtre d’un mineur de 15 ans  puis placée en détention provisoire.

"Pour qu'il ne souffre pas"

Très choqués, le père et la tante ont été  hospitalisés à leur tour juste après le drame. La mère aurait expliqué dans une lettre qu’elle avait rédigée préalablement qu’elle avait administré quatre somnifères à son fils "pour qu’il ne souffre pas", avait rapporté au moment des faits le procureur de la République de Vannes.

Ils étaient très appréciés dans le village

Michel Bachmann, maire de Chauconin-Neufmontiers

Ce couple, qui tenait auparavant une boulangerie (pendant une dizaine d'années) à Chauconin-Neufmontiers (Seine-et-Marne), était "très apprécié dans le village. Nous avons envoyé une gerbe de fleurs pour les obsèques du petit garçon. Des habitants de Chauconin-Neufmontiers se sont mobilisés pour aider la famille", relate le maire de la ville Michel Bachmann.

Ce fait divers s'inscrit dans un contexte où ce couple était en instance de séparation. Dans l’école morbihannaise où l'enfant était inscrit, une cellule psychologique a été mise en place lundi dernier pour la rentrée des classes.


Edwy Malonga

Tout
TF1 Info