Deux mineurs de 14 et 15 ans ont été mis en examen vendredi pour "assassinat" dans le cadre de l'enquête sur l'agression mortelle de Philippe Coopman, 22 ans, battu à mort mardi à Grande-Synthe.
Selon la procureure de la République de Dunkerque, il existe des raisons de penser qu'il s'agit d'un "meurtre aggravé par la circonstance de guet-apens".
La magistrate indique que "d'autres suspects" sont actuellement recherchés.

L'enquête sur la mort de Philippe Coopman progresse. Alors que près de 1500 personnes ont rendu hommage au jeune homme de 22 ans ce vendredi 19 avril à Grande-Synthe (Nord), la procureure de la République de Dunkerque, Charlotte Huet, a donné une conférence de presse en fin de journée.

Une prise de parole au cours de laquelle la magistrate a annoncé la mise en examen pour "assassinat" des deux mineurs de 14 et 15 ans interpellés plus tôt dans la semaine. À ce stade des investigations, il existe des raisons de penser qu'il s'agit d'un "meurtre aggravé par la circonstance de guet-apens", a-t-elle précisé, ajoutant que "d'autres suspects" étaient actuellement recherchés. 

"Des effets dérobés" lors de l'agression

Les deux mineurs, l'un vivant à Grande-Synthe, l'autre à Dunkerque, ont affirmé en garde à vue avoir "fixé un rendez-vous" à la victime sur un parking, à l'arrière d'une supérette, "via un site internet de rencontre dénommé Cocoland en se faisant passer pour une jeune fille mineure", estimant que le fait de répondre à une annonce de jeune mineure était "pour eux répréhensible".

Ils ont expliqué avoir utilisé une bombe lacrymogène avant de porter des coups à la victime, s'assurant préalablement qu'il s'agissait bien de leur cible en entendant la sonnerie de son téléphone qu'ils avaient appelé. "C'est leur version", a insisté la procureure, soulignant que "des effets ont été dérobés" lors de l'agression, et estimant que leur mobile pouvait aussi être "tout simplement l'appropriation d'effets personnels".

Le mineur de 14 ans, déclaré coupable dans le passé de plusieurs faits de violence, a reconnu avoir porté des coups de pied. Celui de 15 ans, déjà condamné pour des dégradations et un vol en réunion, réfute avoir porté des coups. La procureure a souligné qu'une enquête était "en cours dans des circonstances similaires après des rendez-vous fixés sur le site Cocoland".


M.T

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info