Meurtre de Sarah Halimi : 20.000 personnes au "Rassemblement de la colère" à Paris

Maxence GEVIN avec AFP
Publié le 25 avril 2021 à 10h29, mis à jour le 25 avril 2021 à 20h08
JT Perso

Source : TF1 Info

JUSTICE - 20.000 à Paris, plusieurs milliers en province et plusieurs centaines à l'étranger. Des "rassemblements de la colère" ont eu lieu ce dimanche en France et dans plusieurs pays pour dénoncer l'absence de procès après le meurtre de Sarah Halimi. Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a annoncé qu'un projet de loi sur l'irresponsabilité sera présenté "fin mai".

Ils sont venus dénoncer un "insupportable déni de justice" et réclamer un procès pour le meurtre de Sarah Halimi. 20.000 personnes à Paris selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, plus de 6000 dans 14 autres villes de France se sont rassemblés ce dimanche à l'appel du collectif "Agissons pour Sarah Halimi". 

La Cour de cassation a confirmé, le 14 avril dernier, l'irresponsabilité pénale du meurtrier de Sarah Halimi, écartant de facto la tenue d'un procès. L'instance a entériné le caractère antisémite du crime mais confirmé l'impossibilité de juger son auteur, hospitalisé en psychiatrie, compte tenu de l'abolition de son discernement lors des faits. Face à ce qu'ils considèrent comme une injustice, plusieurs collectifs de citoyens et de représentants de la communauté juive avaient appelé à cette mobilisation. 

Le principal rassemblement s'est tenu place du Trocadéro à Paris. D'autres manifestations ont eu lieu à Bordeaux, Marseille, Lyon, Lille, Strasbourg et Nice notamment. "C'est une émotion nationale, le principe posé par ce jugement est incompréhensible (...) nous attendons une mobilisation très forte, au nom de la justice, du droit, de l'intelligence, de la lutte contre l'antisémitisme", a souligné le grand rabbin de France, Haïm Korsia.

Haïm Korsia, grand rabbin de France : "Il faut que la (future) loi s'appelle Sarah Halimi"Source : TF1 Info
JT Perso

Mobilisations de Londres à Tel Aviv...

Cette mobilisation a trouvé un écho à l'étranger. Dans plusieurs pays, des appels à manifester devant des ambassades et consulats français ont été relayés sur les réseaux sociaux. Des rassemblements ont notamment eu lieu en Israel ou encore à Londres devant les ambassade de France. Au total, environ 500 personnes étaient rassemblés à Tel Aviv où la sœur de Sarah Halimi a récemment porté plainte pour obtenir gain de cause. 

Le frère de Sarah Halimi, William Attal a salué cette mobilisation en France et dans plusieurs autres ville.  "L'espoir a commencé à revenir. Dans le monde on dit justice en anglais, en hollandais, en italien, en hébreu", a clamé William Attal. De nombreuses personnalités politiques mais aussi du monde du spectacle - comme Gad Elmaleh, Carla Bruni, Patrick Bruel ou l'animateur Arthur - était présents (Voir la vidéo ci-dessous). La maire de Paris Anne Hidalgo, a , elle, annoncé qu'une rue de Paris allait être baptisée du nom de Sarah Halimi.

Anne Hidalgo annonce qu'une rue portera le nom de Sarah Halimi à ParisSource : TF1 Info
JT Perso

Sarah Halimi a été tuée en 2017 à Paris par  Kobili Traoré, son voisin. Gros consommateur de cannabis, il était en proie à une "bouffée délirante" au moment des faits, selon les sept experts psychiatriques qui l'ont examiné. La cour d'appel de Paris avait alors conclu à l'existence d'un trouble psychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes au moment des faits, ce que la Cour de cassation a jugé conforme au droit. "Avec d'autres, je demande solennellement que cette nouvelle loi porte le nom de Sarah Halimi, afin qu'il soit inscrit dans la mémoire collective de  notre pays", a déclaré dans un entretien au Journal du dimanche Francis  Kalifat, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). 

Lire aussi

Un projet de loi présenté "fin mai"

L'impossibilité d'un procès a suscité une forte incompréhension en France conduisant le président Emmanuel Macron à réclamer "un changement de la loi" sur la responsabilité pénale des personnes atteintes de troubles psychiatriques sur fond de consommation de drogues. Ce dimanche, Eric Dupond-Moretti a ainsi annoncé la présentation d'un projet de loi sur l'irresponsabilité "fin mai". "Conformément à la demande du Président de la République, le gouvernement  présentera fin mai en Conseil des ministres un projet de loi pour combler le  vide juridique apparu dans l'affaire Sarah Halimi", a annoncé Eric  Dupond-Moretti sur Twitter. Affirmant que "la France ne jugerait jamais les fous", Eric Dupond-Moretti  a estimé qu'il fallait "tirer les conséquences de la décision de la Cour de cassation"


Maxence GEVIN avec AFP

Tout
TF1 Info