Mort de Thomas à Crépol : le procureur détaille le déroulé de la soirée qui a conduit au drame

par Benoît LEROY
Publié le 26 novembre 2023 à 12h05

Source : JT 13h Semaine

Vendredi, neuf personnes ont été mises en examen et six ont été placées en détention provisoire, a annoncé le procureur de Valence samedi, détaillant les éléments qui ont précédé le meurtre de Thomas.
Les suspects ont nié avoir "porté des coups de couteau" au jeune garçon âgé de 16 ans.
Le jeune homme est mort, le 19 novembre dernier, quelques instants après la rixe dans le petit village de la Drôme.

Les investigations entrent désormais dans un nouveau chapitre. Vendredi 25 novembre, six personnes ont été placées en détention provisoire. Elles sont suspectées d'avoir une responsabilité dans la mort du jeune Thomas, 16 ans, tué à l'arme blanche lors d'un bal à Crépol (Drôme), le 19 novembre dernier. En marge de l'ouverture d'une "information judiciaire criminelle", le procureur de Valence est revenu sur la nuit du drame dans un communiqué.

D'après le parquet, "à l’issue de leurs auditions, aucun des gardés à vue ne reconnait avoir porté de coups de couteau". Pour autant, le procureur est d'ores et déjà en mesure de dresser une partie du déroulé de la nuit. Selon Laurent de Caigny, une partie des personnes interpellées le 22 novembre sont arrivées "plus tôt dans la soirée" à Crépol et sont rentrées dans la salle du bal festif.

"L’individu majeur âgé de 20 ans interdit (...) de détention d’armes, a remis au vigile un couteau avant de pénétrer dans la salle de bal", précise le procureur. Désigné par un témoin comme étant l'auteur des coups mortels, ce suspect n'a pas été reconnu lors d'une "parade d'identification".

Par ailleurs, selon le parquet, les premières tensions sont nées de "l'attitude" d'individus "extérieurs à Crépol". Plusieurs témoins, cités par le procureur, expliquent que si certains d'entre eux "observaient", une autre partie de ces personnes extérieures ont "dansé" et "participé" au bal. C'est alors qu'une altercation a éclaté "pour un motif futile" entre l'une des personnes gardées à vue et un participant de la soirée. Des témoins évoquent "une remarque sur sa coupe de cheveux" comme élément déclencheur. Dans la foulée, ce suspect est sorti de la salle avec l'intention "claire" de "se battre".

Mobiles et motivations encore floues

C'est plus ou moins au même moment que les organisateurs ont annoncé la fin de la soirée. Alors que la salle commençait à se vider, "l’altercation se [poursuivait] à l’extérieur", retrace le procureur. Selon plusieurs témoins, c'est à ce moment-là qu'une voiture est arrivée, "à vive allure", devant la salle. "Plusieurs personnes" étaient à bord, "certains les trouvent hostiles", rapporte Laurent de Caigny.

L'homme de 20 ans, interdit de port d'arme, est alors sorti de la salle. Selon au moins un témoin, il a sorti un couteau de sa sacoche portée en bandoulière. La suite des événements qui ont conduit à la mort du jeune Thomas reste pour l'heure floue. Le procureur s'est, en effet, refusé à commenter les implications de chacune des personnes poursuivies. 

Dans le communiqué du parquet, il semble ressortir des premières investigations que Thomas n'était pas particulièrement visé. "Tous les individus extérieurs à [la soirée] sont décrits comme portant des coups, certains des coups de couteau, jetant des pierres ou des barrières, s’en prenant indistinctement aux gens de Crépol", rapporte le procureur de Valence.

À ce stade, "les mobiles et les motivations des agresseurs ne sont pas clairement établis, reconnaît le parquet de Valence, l’élucidation des faits commis n’est pas achevée". En moins de sept jours, 103 personnes - témoins ou victimes - ont déjà été entendues par les gendarmes. L'enquête va désormais être confiée à deux juges d'instruction.


Benoît LEROY

Tout
TF1 Info