Mort de Thomas à Crépol : les derniers éléments de l'enquête

par A. LG
Publié le 5 décembre 2023 à 12h35

Source : JT 13h Semaine

Deux semaines après la mort de Thomas dans la Drôme, son tueur n'a toujours pas été identifié.
Mais deux jeunes hommes interpellés à la ressemblance troublante figurent parmi les principaux suspects, selon "Le Parisien" qui a eu accès aux éléments de l'enquête.
Si les faits se précisent, de nombreuses zones d'ombre persistent.

L'auteur du coup mortel affligé à Thomas dans la Drôme le 18 novembre dernier, figure-t-il parmi les suspects interpellés ou ceux toujours en fuite ? Quinze jours après la mort violente de l'adolescent à Crépol, le mystère reste entier. Mais de nouveaux éléments ont été remontés par les gendarmes. C'est notamment ce qui ressort des derniers développements de l'enquête de la section de recherche de Grenoble dont Le Parisien a pu prendre connaissance. 

Ainsi, si rien n'accrédite la thèse d'un raid prémédité sur le bal de Crépol et que le tueur n'est toujours pas identifié, deux jeunes hommes interpellés figurent parmi les principaux suspects. Ces derniers correspondent en effet à la description faite lors des auditions, selon laquelle le tueur serait "un grand brun, les cheveux longs bouclés".

Qui a porté le coup de couteau fatal ?

"Leurs profils sont similaires", consignent dans leur rapport les gendarmes, troublés par la ressemblance des deux jeunes concernés. Plus en détail, l'un est "d'origine maghrébine", le second porte "un prénom et un nom historiquement français" précisent nos confrères alors qu'une polémique fait rage concernant l'origine des mis en cause qui pour certains serait une clé de compréhension de l'affaire. "Les jeunes de Romans et de Crépol se côtoient au lycée, ils se connaissent de vue mais ne sont pas du même monde", confie ainsi une source proche de l'enquête au Parisien. "Ils savent bien que personne ne peut les voir, quand ils viennent, ils cherchent des problèmes", a de son côté déclaré un témoin aux gendarmes. 

Si chacun de ces deux suspects qui se ressemblent a été désigné par un moins un témoin comme étant le meurtrier potentiel de Thomas, l'un et l'autre nient. Pour rappel, à ce stade de l'enquête, il ressort qu'au moins neuf suspects, tous nés à Romans-sur-Isère, sont arrivés à Crépol au fil de la soirée du 18 novembre entre 23h et 1h du matin. Six ont donc été écroués dont les deux adolescents à la ressemblance frappante. À noter que le petit frère de l'un d'eux, soupçonné d'avoir été présent sur les lieux drame, est considéré comme en fuite par la justice, toujours selon les informations du Parisien. De manière générale, aucun des 9 suspects ne reconnait avoir donné des coups de couteau. 

L'altercation vire en bagarre générale

L'un des deux "grands bruns aux cheveux longs bouclés" interpellés aurait pris part à l'altercation qui pourrait avoir initié la rixe selon les gendarmes. Selon le témoignage de ce dernier, elle aurait débuté quand un rugbyman s'est mis à lui tirer sa chevelure. "Il me dit 'j'ai les cheveux longs comme Chiquita'", en référence à une chanson du rappeur Jul qui résonnait alors dans la salle des fêtes où avait lieu le bal, a expliqué le suspect aux enquêteurs précisant l'avoir insulté et lui avoir dit "de dégager". Après avoir refusé, le rugbyman qui, selon une de ses amies entendue par les gendarmes, aurait fait part de son envie de "taper des bougnoules", aurait alors lancé : "Allez, tu viens, on va dehors !". 

Des témoins ont confirmé avoir vu deux hommes correspondant aux profils respectifs sortir. Dans le sans d'entrée, le jeune Romanais dit alors qu'il "se fait frapper à coups de poing et de pieds" par le joueur de rugby et deux ou trois autres jeunes hommes "arrivés en renfort". C'est alors que vers 2h du matin, un enchainement de violence a fait basculer la soirée, la bagarre ayant agrégé une trentaine de jeunes au total, selon les gendarmes, d'un côté les jeunes de Romans "renforcés par le groupe resté sur le parking", de l'autre les amis du rugbyman. Au cours de la rixe, neuf témoins sur les 104 auditionnés rapportent avoir entendu des propos "hostiles aux blancs",  selon le quotidien.

Selon les expertises médicales, côté romanais, au moins cinq jeunes ont présenté des blessures dont un qui s'est rendu à l'hôpital de Valence pour se faire recoudre le bras. Du côté des jeunes rugbymen, le bilan est dramatique puisque le jeune Thomas a succombé à un coup de couteau, tandis qu'un second, poignardé à deux reprises, est quant à lui passé près de la mort. Un troisième souffre d'une plaie grave au dos tandis que dix autres personnes ont été blessées plus légèrement.


A. LG

Tout
TF1 Info