Mort du militant indépendantiste corse Yvan Colonna

Mort d'Yvan Colonna : les circonstances de son agression en prison

par Emilie ROUSSEY
Publié le 21 mars 2022 à 23h42
JT Perso

Yvan Colonna, le militant indépendantiste corse condamné à la perpétuité pour l'assassinat du préfet Erignac, est décédé lundi soir à Marseille.
Il est mort trois semaines de coma suite à son agression en prison, un drame qui avait entraîné de violentes manifestations dans l'île.

Condamné à la réclusion à perpétuité pour l'assassinat du préfet Erignac en Corse, Yvan Colonna avait violemment été agressé mercredi 2 mars dans la maison centrale d'Arles où il est détenu depuis 2012, avant d'être transféré à l'hôpital.

C'est au moment où il "effectuait, seul, une séquence d’entretien physique à la salle de musculation de l’établissement pénitentiaire" qu'Yvan Colonna avait été agressé par un codétenu radicalisé, Franck Elong Abé, un Camerounais de 36 ans. Ce détenu "assurait un service d’entretien en qualité d’auxiliaire d’étage au moment des faits" quand il a étranglé "à mains nues" et étouffé Yvan Colonna. 

L'homme était en arrêt cardiaque et respiratoire quand les pompiers et le SMUR étaient arrivés sur place. Si les réanimateurs étaient parvenus à "relancer son activité cardiaque", il était en "coma post anoxique" au centre hospitalier de Marseille où il avait été transféré.

Lire aussi

Yvan Colonna avait été victime "d'une strangulation à mains nues puis d'un étouffement" avec un sac plastique, avait précisé le procureur de Tarascon, Laurent Gumbau.

Franck Elong Abé, qui purgeait plusieurs peines, dont une de neuf ans d'emprisonnement pour "association de malfaiteurs terroriste", a depuis été mis en examen pour tentative d'assassinat terroriste.


Emilie ROUSSEY

Tout
TF1 Info