Nouvelles échauffourées au Lycée Joliot-Curie à Nanterre : deux jeunes interpellés

Publié le 13 octobre 2022 à 18h29
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

De nouveaux incidents se sont produits ce jeudi au lycée Joliot-Curie à Nanterre (Hauts-de-Seine).
L'établissement connait de vives tensions depuis la mutation d'un enseignant et syndicaliste.
Lundi, 14 mineurs avaient été interpellés et placés en garde à vue.

Les incidents se poursuivent au Lycée Joliot-Curie à Nanterre. Deux jeunes ont été interpellés ce jeudi après de nouvelles échauffourées entre lycéens et policiers près du lycée Joliot-Curie à Nanterre, qui connaît des tensions depuis lundi. De nouveaux moments de tensions ont eu lieu dans la matinée aux abords du lycée, selon l'académie de Versailles, qui précise que l'établissement est fermé depuis et rouvrira vendredi.

Le lycée Joliot-Curie, environ 1700 élèves, connaît de vives tensions depuis la mutation d'un enseignant et syndicaliste, Kai Terada, fin septembre. Quatorze jeunes avaient été interpellés mardi dans la matinée, suite à un attroupement autour du lycée où la présence policière était forte. Des projectiles avaient été lancés vers les forces de l'ordre.

Trois jeunes convoqués pour "violences aggravées" sur des forces de l'ordre

Lundi et mardi, les élèves ont bloqué l'établissement principalement pour protester contre la fin du dispositif d'aide aux devoirs, le règlement intérieur et le cadre d'application du principe de laïcité, selon le rectorat et une enseignante, mais aussi en soutien à l'enseignant muté. 

Trois jeunes, sur les quatorze interpellés mardi matin, seront convoqués en décembre devant le tribunal pour enfants en audience de culpabilité, pour "violences aggravées sur personne dépositaire de l'autorité publique et avec arme".

"C'est le même processus que pour les lycéens mis à genoux à Mantes-la-Jolie, c'est la criminalisation et la répression d'un mouvement social lycéen", avait réagi mercredi auprès de l'AFP l'avocat Arié Alimi, dénonçant "une stratégie politico-judiciaire qui fait suite à une mise au pas d'un membre de l'Éducation nationale".

L'académie accusée de discrimination syndicale

Kai Terada, un professeur de mathématiques également co-secrétaire de Sud Éducation 92, et trois autres enseignants ont récemment fait l'objet d'une "mesure de mutation dans l'intérêt du service [visant] à créer des conditions renouvelées pour reconstruire un climat apaisé" au sein du lycée, selon l'académie de Versailles.

L'arrêté de mutation reçu par Kai Terada évoque une activité "en dehors des instances de dialogue social de l'établissement ou de l'exercice normal d'une activité syndicale", selon plusieurs syndicats enseignants qui accusent l'académie de "discrimination syndicale" et demandent la "levée des sanctions".

De son côté, l'académie de Versailles estime que l'établissement est marqué par "des dysfonctionnements nécessitant la mise en place de mesures d'accompagnement devant permettre de retrouver un climat de travail serein pour les élèves et les personnels". 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info