Nord : poursuivi pour avoir aidé des migrants, il se suicide en prison

Matthieu Jublin
Publié le 8 juin 2017 à 10h03
Nord : poursuivi pour avoir aidé des migrants, il se suicide en prison

FAIT DIVERS - Un Vietnamien, mis en cause dans une affaire d'aide à des migrants en situation irrégulière, s'est pendu mercredi dans sa chambre d'un hôpital psychiatrique pour détenus à Seclin (Nord).

Un homme, poursuivi dans une affaire d'aide à des migrants en situation irrégulière, s'est pendu dans sa chambre d'un hôpital psychiatrique pour détenus à Seclin (Nord), ce mercredi 31 mai. De nationalité vietnamienne, cet homme âgé d'une trentaine d'années aurait mis fin à ses jours après avoir appris la décision du juge d’application des peines de le maintenir en détention provisoire.

"Le suicide a eu lieu dans une Unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA), une structure qui accueille des personnes détenues à l'occasion d'un placement psychiatrique", a expliqué à l'AFP Alain Jégo, directeur interrégional des services pénitentiaires, confirmant une information de La Voix du Nord. "Ce monsieur avait des problématiques psychologiques et psychiatriques, il n'a pas laissé de lettre" expliquant son geste, a-t-il ajouté.

Cédric Herrou : "L'Europe doit respecter le droit humain, le droit des enfants"Source : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Son avocat, Me Bruno Dubout, évoque "un énorme gâchis", alors que le trentenaire était "mis en examen pour des histoires très contestées d'aide aux migrants". Après quatre mois de détention provisoire, le mis en cause a été à nouveau "maintenu en détention pour une nouvelle période de quatre mois" par le juge des libertés et de la détention (JLD). Il a mis fin à ses jours "le jour où il a reçu son ordonnance", a précisé Me Dubout.

"Cette affaire est révélatrice de la légèreté avec laquelle on place ces gens-là en détention", a dit Me Dubout, soulignant que ce ressortissant vietnamien était "inséré", vivant "chez une Française" portant assistance à des migrants vietnamiens présents sur une aire d'autoroute à hauteur d'Angres (Pas-de-Calais). 


Matthieu Jublin

Tout
TF1 Info