Nouvelle affaire Matzneff : l'écrivain dénonce "une campagne calomnieuse et mensongère"

Publié le 24 novembre 2023 à 17h22, mis à jour le 24 novembre 2023 à 17h29

Source : TF1 Info

À peine plus de 24 heures après les accusations de viols sur mineure d'une femme anonyme aujourd'hui quinquagénaire, Gabriel Matzneff se défend.
Un communiqué adressé à l’AFP ce vendredi le dit "outré", affirmant qu'il ne connaît pas la victime présumée.
Jeudi, l’avocate de cette fille d’un ami de l’écrivain a expliqué à TF1info disposer de nombreux éléments accablants.

Gabriel Matzneff contre-attaque. Au lendemain d’une nouvelle accusation de viols sur mineure à son encontre, l’écrivain âgé de 87 ans se dit "outré" devant "une campagne calomnieuse et mensongère", dans un communiqué transmis à l’AFP par son avocate, Me Isabelle Coutant-Peyre.

"Les accusations de cette personne dénommée Bérénice sont une invention de toutes pièces, Gabriel Matzneff confirme qu'il ne la connaît pas, ne l'a jamais vue", assure-t-elle. Précisons que Bérénice est le prénom que nos confrères de RMC, qui ont révélé l’information, ont choisi de donner à cette quinquagénaire qui préfère garder l’anonymat pour le moment.

Si elle croit habile de mêler Gabriel Matzneff à ce drame familial, c'est uniquement pour que les médias en fassent écho
L'avocate de l'écrivain

Le 10 octobre, cette femme a écrit au parquet de Paris pour demander à être auditionnée en vue de déposer plainte pour des faits qui se seraient déroulés entre 1977 et 1987, lorsqu’elle avait entre 4 et 13 ans. Elle accuse son père adoptif, qui était médecin, d'avoir été "complice" en la droguant, avant qu'elle soit violée par Gabriel Matzneff.

"Si son père a eu des gestes incestueux à son égard, qu'elle le dise, c'est son droit. En revanche, si elle croit habile de mêler Gabriel Matzneff à ce drame familial, c'est uniquement pour que les médias en fassent écho, c'est évident", déplore l'avocate, qui précise que son client envisage "de déposer une plainte pour dénonciation calomnieuse contre cette personne".

Polémique Matzneff : de quoi s'agit-il ?Source : TF1 Info

Si Gabriel Matzneff "a été lié d'amitié avec son père", un "respectable médecin, candidat sans succès à l’Académie française, et qui aimait à donner des déjeuners ou des dîners mondains dans son superbe appartement de la rue du Bac, y conviait des gens du Tout-Paris, hommes politiques, écrivains", l'écrivain "n'y a jamais vu la présence d'enfants" et "ne les a jamais croisés, ni a fortiori connus", poursuit Me Coutant-Peyre.

Contactée jeudi par TF1info, l’avocate de la quinquagénaire, Me Marie Grimaud, affirme avoir mené deux ans d’enquête avec son collègue Me Rodolphe Constantino. Une période au cours de laquelle tous deux ont consulté des centaines de courriers de Gabriel Matzneff et d’autres personnes impliquées, mais aussi des agendas, des photos et des d’enregistrements audio réalisées par la victime présumée avec son père, décédé depuis.

Motivée par la sortie du film "Le Consentement"

Me Grimaud indique que la prise de parole de sa cliente a été précipitée par la sortie en octobre du film Le Consentement, tiré du livre choc de Vanessa Springora paru en 2020. "Il révèle un homme dans une forme d'éphébophilie quand ma cliente dénonce de la pédophilie", estime-t-elle. L’avocate ajoute que le propre frère de cette dernière, lui aussi adopté, aurait été également victime de Gabriel Matzneff.

Jeudi, l’Office des Mineurs (OFFMIN) a fait savoir à TF1info que la requérante sera prochainement entendue "afin de pouvoir préciser les faits reprochés". Sans donner de date d'audition, il ajoute que "les investigations porteront tant sur leur caractérisation et qualification que sur les délais de prescription au regard de leur ancienneté".

Suite à la parution du livre de Vanessa Springora en janvier 2020, le parquet de Paris a ouvert une enquête pénale au cours de laquelle Gabriel Matzneff a été entendu. Il précise aujourd'hui que "la procédure réunissant les déclarations de plusieurs victimes envers le même mis en cause, clôturée, est toujours à l’analyse afin de rechercher si des éléments auraient permis d’interrompre la prescription des faits dénoncés".


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info