L'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire

"On va lui faire une Samuel Paty" : un enseignant menacé de mort à Évry

La rédaction de TF1info
Publié le 13 octobre 2022 à 17h00
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Un professeur d'histoire-géographie d'un lycée d'Évry a été menacé de mort.
Il a reçu une lettre anonyme lui promettant le même sort que Samuel Paty, assassiné en octobre 2020.
Le parquet a ouvert une enquête.

"Le sale juif doit arrêter de faire le malin (...) On va lui faire 'une Samuel Paty' à lui et son père le vieux rabbin sioniste". "Les juifs, on en veut pas (sic) dans des lycées, restez dans vos synagogues. On va s'occuper (de ce professeur) à la sortie du Lycée (sic)".  Ces menaces ont été adressées à un professeur du lycée Georges Brassens à Évry, dans l'Essonne, via une lettre anonyme directement envoyée à son établissement. Elles ont entraîné l'ouverture, ce jeudi par le parquet d'Évry, d'une enquête pour "menace de mort avec comme circonstance aggravante l'appartenance, vraie ou supposée de la victime, à une religion déterminée". 

Depuis, l'enseignant âgé d'une trentaine d'années est placé sous protection de la police. Des agents sont postés devant son domicile et devant l'établissement où il enseigne depuis la rentrée, a détaillé une source policière à l'AFP. Aucune interpellation n'a eu lieu dans l’immédiat, a précisé le parquet.

"La haine antisémite inadmissible, inacceptable, immonde"

C'est le proviseur de l'établissement qui a reçu la lettre et qui a prévenu, dans la foulée, le professeur visé par les menaces avant de l'accompagner pour aller déposer plainte au commissariat. Le rectorat a, de son côté, mis en place "des mesures pour accompagner le professeur, les équipes pédagogiques et les élèves".

Sur Twitter, la ministre chargée de l'Égalité femmes hommes, Isabelle Rome, a dénoncé "la haine antisémite inadmissible, inacceptable, immonde". "Deux ans après l'assassinat de Samuel Paty par la barbarie islamiste, nous devons ne rien laisser passer. Le racisme, l’antisémitisme et le rejet de la République doivent être combattus partout. Soutien à cet enseignant", a-t-elle ajouté.

Des mesures doivent être prises

"Lorsque des professeurs ou des membres de la communauté éducative (...) sont menacés (...), nous intervenons, d'abord en condamnant fermement toute forme d'agression verbale ou physique", mais également avec "une protection fonctionnelle", a également réagi le ministre de l'Éducation nationale Pap Ndiaye, interrogé par la presse en marge d'un déplacement à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne).

Dans un communiqué, le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) "réclame des mesures exemplaires et dissuasives suite au courrier de menaces de mort reçu par le proviseur du lycée Georges Brassens d’Evry Courcouronnes". "Dans son projet d’établissement le lycée Georges Brassens qui accueille une proportion particulièrement forte d’élèves issus des milieux défavorisés, parle de 'vivre ensemble' et de 'se construire une culture'. Manifestement, la voix des réseaux sociaux et des prédicateurs de haine est plus forte que celle des professeurs", ajoute-t-il.

Le BNVCA "demande au ministre de l’Éducation des mesures audacieuses, courageuses, exemplaires et dissuasives contre les auteurs dès qu'ils seront identifiés, allant jusqu’à l’exclusion du lycée et la suppression des allocations sociales de la famille".

Lire aussi

Le 16 octobre 2020, Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie de 47 ans, a été décapité près de son collège de Conflans-Sainte-Honorine, à l'ouest de Paris, par un réfugié russe d'origine tchétchène de 18 ans qui lui reprochait d'avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info