Paris : la fresque murale du policier Ahmed Merabet "de nouveau souillée" par des tags

Y.R.
Publié le 11 août 2022 à 11h53
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le portrait au pochoir d'Ahmed Merabet par le street artist C215 a été de nouveau dégradé.
Des tags ont été retrouvés sur l'œuvre, réalisée en hommage au policier assassiné par les frères Kouachi, le 7 janvier 2015, lors de l'attaque de "Charlie Hebdo".
Sur Twitter, le pochoiriste a promis de "le refaire".

"Je venais de le refaire." Derrière le portrait au pochoir du policier Ahmed Merabet, abattu par les frères Kouachi, le 7 janvier 2015, le street artiste C215 a déploré les inscriptions retrouvées sur son œuvre. Son hommage artistique, situé sur un boîtier électrique, au 62 boulevard Richard Lenoir, dans le XIe arrondissement de Paris, à deux mètres de l'endroit où le fonctionnaire de police a été laissé pour mort, juste après l'attaque des locaux du journal satirique, a été "de nouveau souillé".

"Le portrait d'Ahmed Merabet de nouveau souillé. Je venais de le refaire", a tweeté Christian Guémy, alias C215, l'un des pochoiristes les plus reconnus de la scène street art mondiale. Partageant un tweet dans lequel l'autrice s'émeut de la présence de tags sur le portrait du policier lâchement assassiné, il a promis de "le refaire" encore "s'il n'est pas possible de nettoyer". "Je l'ai refait je ne sais combien de fois. C'est comme cela. Pensées pour (sa sœur) Nabia et sa maman", a-t-il ajouté. 

Ce n'est pas la première fois que la fresque subit des dégradations. Le 10 novembre 2021, l'inscription raciste "bicot" avait été retrouvée écrite au marqueur noir sur le front d'Ahmed Merabet. Une enquête avait été ouverte pour "dégradation d'un bien destiné à l'utilité publique" et "injure publique à caractère raciste". "Ce type de propos putride (...) montre bien le climat qui règne actuellement en France, celui d'un racisme décomplexé. Je vais aller effacer", avait réagi C215 sur son compte Twitter.

Lire aussi

Quelques mois plus tôt, le 16 juillet 2020, c'est la plaque officielle déposée en mémoire d'Ahmed Merabet qui avait été vandalisée. Des inscriptions au marqueur vert avaient été relevées. "Cet acte inacceptable ne restera pas impuni", avait promis la préfecture de police de Paris, annonçant le dépôt d'une plainte par Didier Lallement, à l'époque préfet de police.


Y.R.

Tout
TF1 Info