Plusieurs malfaiteurs s'en sont pris ce samedi matin au joaillier Harry Winston.
Ils ont ensuite pris la fuite.
Un coup de feu a été tiré mais il n'y a pas eu de blessé.

Spectaculaire braquage ce samedi matin à deux pas des Champs-Élysées. Vers 11 h 40, plusieurs individus porteurs d'armes longues ont attaqué la joaillerie Harry Winston située avenue Montaigne dans le 8ᵉ arrondissement, a appris TF1info de source policière, confirmant une information d'Actu17. 

Selon nos informations, les individus, au nombre de 3 ou 4, ont utilisé des motos pour commettre leur méfait avant de prendre la fuite. Un coup de feu a été de l'extérieur de l'établissement, mais aucun blessé n'est à déplorer.  Il s'agirait d'un tir "de dissuasion", selon la source proche de l'enquête. Une autre source indique à TF1info qu'un client se trouvait à l'intérieur du magasin quand les malfaiteurs s'y sont introduits. 

Le montant du préjudice en cours d'évaluation

Le parquet de Paris indique ce midi avoir été avisé d’un vol à main armé au préjudice de la joaillerie de l'avenue Montaigne. "Le magistrat de permanence criminelle se rend sur place, et la Brigade de Répression du Banditisme (BRB) est saisie des investigations" ajoute-t-il. 

Le montant du préjudice est en cours d'évaluation. 

Une bijouterie braquée plusieurs fois

Le joaillier a déjà été la cible de braquages. Le 4 décembre 2008, quand des hommes armés, certains déguisés en femmes, avaient cambriolé la joaillerie Harry Winston, sur la prestigieuse avenue Montaigne à Paris. En moins de vingt minutes, les malfaiteurs s'étaient emparé de 104 montres et 297 pièces de joaillerie estimées à 71 millions d'euros (les chiffres du préjudice subi varient de plus ou moins 30% selon les sources). 

L'année précédente, le 6 octobre, quatre malfaiteurs armés et cagoulés, vêtus de combinaisons de travail de peintres, avaient déjà braqué le même établissement, raflant 120 montres et 360 pièces de joaillerie. Un butin estimé à plus de 32 millions d'euros.

Les dossiers des deux braquages ont été joints, la procédure ayant montré la participation de certains des mis en cause aux deux affaires. Huit hommes ont été condamnés, en 2015, à des peines allant de 9 mois de prison à 15 ans de réclusion criminelle. Sur près de 900 bijoux dérobés,  279 ont été récupérés durant l'enquête. 


A.S avec Guillaume Chieze

Tout
TF1 Info