Paris : des dizaines de militants d'ultradroite en garde à vue pour "risque de violences ou dégradations"

par I.N avec AFP
Publié le 10 février 2024 à 22h57

Source : JT 20h Semaine

Quelque 39 personnes de la mouvance d'ultradroite ont été interpellées ce samedi à Paris.
Toutes ont été placées en garde à vue pour "participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations".

Coup de filet sur la mouvance d'ultradroite. Un total de 39 membres de cette mouvance, dont une vingtaine de fichés S, ont été interpellés et placés en garde à vue ce samedi après-midi à Paris pour "participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations", a appris l'AFP de source proche du dossier.

Certains n'avaient pas le droit d'être à Paris

Ils ont été interpellés par des policiers de la Brav-M vers 16h à la sortie du cimetière de Charonne, dans le 20ᵉ arrondissement de la capitale, où ils venaient de rendre hommage à l'écrivain d'extrême droite Robert Brasillach, condamné à mort à la libération pour des faits de collaboration, a précisé cette source. Parmi eux figurent des personnalités connues de la mouvance d'ultradroite, dont l'ancien chef du groupuscule dissous les "Zouaves", Marc de Cacqueray-Valmenier, ou Gabriel Loustau, figure du Gud.

Au moins deux d'entre eux étaient munis de béquilles, pouvant être considérées comme des armes par destination, a précisé cette source. Certains avaient pour interdiction de se rendre à Paris. Avant d'être interpellés, ils avaient aussi été vus à proximité de la manifestation syndicale contre l'extrême droite place de la République, a encore indiqué cette même source.

"Félicitations aux agents de la préfecture de police pour leur réactivité", a commenté sur les réseaux sociaux le préfet de police Laurent Nuñez.


I.N avec AFP

Tout
TF1 Info