Paris : deux hommes interpellés après avoir piégé et séquestré un enseignant lors d'un rendez-vous gay

La rédaction de LCI
Publié le 27 janvier 2022 à 19h56
Paris : deux hommes interpellés après avoir piégé et séquestré un enseignant lors d'un rendez-vous gay

Source : DENIS CHARLET / AFP

Deux jeunes âgés de 19 et 20 ans ont été placés en garde à vue mercredi.
Ils sont soupçonnés d'avoir séquestré et menacé de mort un professeur âgé de 40 ans pour lui extorquer de l'argent.
La victime avait accepté un rendez-vous galant pris sur un site de rencontre.

Ils voulaient lui dérober son argent et l'ont piégé au cours d'un rendez-vous prétendument galant. Mercredi, deux jeunes hommes âgés de 19 et 20 ans ont été interpellés en début d'après-midi au domicile d'un enseignant âgé de 40 ans dans le 10e arrondissement de Paris après que les collègues du professeur ont donné l'alerte.  

Le duo est soupçonné d'avoir séquestré, menotté, dépouillé et menacé de mort la victime.  Ils l'auraient également contraint à leur remettre des sommes d'argent excédant plusieurs milliers d'euros.  "Une enquête a été ouverte des chefs de séquestration et extorsion avec arme. Les investigations ont été confiées au 2ᵉ DPJ. Dans ce cadre, deux hommes ont été placés en garde à vue. La mesure est toujours en cours", indique le parquet de Paris ce jeudi à LCI.  

Des scènes de torture

Selon Le Parisien qui a révélé cette affaire, l'enseignant quadragénaire aurait "fixé un rendez-vous avec un internaute sur un site de rencontre gay" lundi dernier, 24 janvier. Alors qu'il ouvrait la porte à son invité, l'un des deux hommes sur le palier l'aurait menacé avec un couteau. 

Les deux agresseurs l'auraient ensuite menotté, dénudé et exigé de l'argent du quadragénaire. Pour parvenir à leur fin, ils auraient également effrayé la victime en lui montrant des vidéos de scènes de torture sur leur téléphone, lui promettant les mêmes sévices s’il n’obéissait pas. Le professeur aurait fait un virement de "20 000 euros", indiquent nos confrères

Une absence remarquée

Si le professeur a pu se sortir des griffes de ses agresseurs, c'est grâce au coup de fil de son supérieur qui, inquiet de ne pas la voir au travail, l'a appelé. L'enseignant a pourtant tenté de dissimuler son état de stress, précisant à son interlocuteur que s'il était absent, c'est parce qu'il était auprès de sa mère, positive au Covid. Le chef d'établissement a alors compris qu'il se passait quelque chose d'anormal. 

Un peu plus tôt, la victime était également parvenue à contacter par mail un collègue, faisant état de sa situation. Dans le courriel, il demandait à celui-ci de ne pas appeler la police. Les collègues de travail n'ont bien sûr pas respecté la consigne et ont immédiatement composé le 17. 

Un équipage de la brigade anticriminalité s'est rendue sur place. Quand les policiers ont sonné à la porte, l'enseignant leur a ouvert et il est parvenu à leur glisser que les agresseurs étaient toujours là. Les policiers ont extrait la victime de son domicile, y pénétrant avant d'interpeller les suspects, non sans difficulté pour l'un d'eux. 

Ces derniers étaient interrogés depuis plusieurs heures ce jeudi soir. Selon Le Parisien, les deux jeunes suspects sont domiciliés à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines). Leur garde à vue peut durer jusqu'à 48 heures. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info