Un homme âgé de 59 ans a été interpellé mercredi 19 octobre sur la ligne 6 du métro parisien.
Un témoin avait signalé son comportement sur des enfants dans la rame.
L'homme devait être jugé vendredi en comparution immédiate mais l'affaire a été renvoyée et le quinquagénaire est reparti libre du tribunal.

C'est une femme qui l'avait repéré le matin dans le métro. Ce témoin a assuré aux enquêteurs avoir vu à plusieurs reprises, sur son trajet, un homme  sur la ligne 6 du métro approcher de trop près des mineurs. "Le 11 octobre, elle explique avoir vu cet individu, la braguette ouverte, collé à un jeune garçon. Il tentait de lui toucher le sexe en dissimulant sa main derrière une mallette. L'enfant a eu un mouvement de recul et cette femme a contacté la police. Elle a affirmé avoir déjà repéré cet individu, toujours à la même heure, aux environs de 9h du matin et sur la ligne 6", détaille une source proche du dossier à TF1info, ce mardi.

Grâce notamment à l'exploitation des images extraites des caméras de vidéosurveillance, les enquêteurs de la sûreté régionale des transports sont parvenus à identifier le suspect, qui a été interpellé mercredi 19 octobre "en flagrant délit à la station Saint-Jacques (XIVe) alors qu’il profit[ait] de la rame bondée pour toucher les cuisses et les fesses de deux autres ados", selon Le Parisien

"L'individu, âgé de 59 ans et technicien pour une chaîne de télévision, a été placé en garde à vue. Trois adolescents au moins, deux garçons et une fille âgés de 15 ans, ont été victimes de ses actes sur la ligne 6. Des perquisitions ont été faites à son domicile. Dans ses appareils électroniques et sur des disques durs externes ont été retrouvées des vidéos à caractère pédopornographique. Dans son portable, les enquêteurs ont découvert des photos de jeunes mineurs prises dans le métro", informe la source mentionnée plus haut. 

Il a reconnu les faits

Pendant sa garde à vue, le quinquagénaire a reconnu les faits qui lui étaient reprochés. Il devait être jugé vendredi dernier en comparution immédiate mais le tribunal correctionnel de Paris a décidé de renvoyer l'affaire au 25 novembre. 

Au cours de cette brève audience à laquelle un confrère du Parisien a assisté, le quinquagénaire a indiqué avoir eu de brèves relations avec des femmes au cours de sa vie mais n'avoir jamais eu de compagnons masculins. Dépressif, suivi par un psychiatre, cet homme qui vit seul et qui n'a jamais eu d'enfant indique avoir été maltraité par son beau-père dans son enfance. Un traumatisme qui, selon lui, pourrait justifier ses pulsions. "J’ai pleinement conscience de la gravité de ce que j’ai fait" a-t-il déclaré face au tribunal, rapporte le quotidien.  L'une de ses victimes, présente à l'audience, a dit être "stressée" depuis ces faits et "faire plus attention" aux voyageurs dans le métro. 

Le parquet avait requis le placement en détention provisoire du prévenu dans l'attente de son procès, mais le tribunal correctionnel l'a remis en liberté au motif que son casier était vierge. Il est donc reparti libre du tribunal, sous contrôle judiciaire et avec une interdiction de prendre les transports en commun et d’entrer en contact avec des mineurs. 

Pour agression sexuelle sur mineur de plus de 15 ans, le mis en cause encourt 5 ans d'emprisonnement et une peine de 75.000 euros d'amende.


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info