Dans le cadre de l'enquête pour détention d'images à caractère pédopornographique visant l'humoriste, deux hommes avaient été placés en garde à vue.
L'un a été libéré et l'autre a été présenté à un juge d'instruction ce samedi.
Il a été mis en examen pour "détention" et "diffusion de fichiers pédopornographiques".

L'enquête sur les accusations de pédopornographie visant Pierre Palmade progresse. Alors que deux hommes avaient été placés en garde à vue, l'un d'eux a finalement "été remis en liberté" ce samedi tandis que l'autre a été présenté à un juge d'instruction et mis en examen pour diffusion et détention d'images pédopornographiques, a indiqué le parquet de Paris.

Les deux hommes étaient entendus dans le cadre de l'enquête ouverte le 18 février après un signalement effectué auprès des services de police. L'auteur de ce signalement avait été entendu dimanche 19 février assez longuement par les enquêteurs de la Brigade de protection des mineurs (BPM), saisis de cette enquête.

L'audition de Pierre Palmade "pourrait être envisagée"

Le domicile parisien de Pierre Palmade et sa maison située à Cély-en-Bière, en Seine-et-Marne, avaient été perquisitionnés dimanche et lundi. Du matériel informatique y a été saisi. Puis un deuxième homme a été entendu mardi comme témoin. 

Une source proche du dossier avait précisé que cet homme affirmait détenir une vidéo montrant Pierre Palmade en train de consulter une vidéo pédopornographique. Selon une autre source, ce témoin habite à Bordeaux. Il a remis du matériel vidéo aux enquêteurs de la BPM, avait indiqué le ministère public. "En fonction des éléments recueillis, l'audition de Pierre Palmade pourrait être envisagée", avait ajouté le parquet, refusant de communiquer sur l'état de santé de l'humoriste.

En parallèle, après le grave accident de la route qu'il a provoqué le 10 février en Seine-et-Marne, sous l'emprise de la cocaïne, le comédien de 54 ans est mis en examen pour homicide et blessures involontaires. La collision a fait trois blessés graves au sein d'une même famille, dont une femme enceinte qui a perdu le bébé de six mois qu'elle attendait. 

Le 18 février, le juge des libertés et de la détention avait pris la décision d'assigner Pierre Palmade à résidence dans le service addictologie d'un hôpital de la région parisienne, sous bracelet électronique, avant que le parquet de Melun ne fasse appel de cette décision, pour requérir son placement en détention provisoire. La cour d'appel de Paris rendra sa décision lundi en fin de matinée.


M.L (avec AFP)

Tout
TF1 Info