Policier incarcéré à Marseille : le directeur général de la police nationale a "toute la confiance" de Gérald Darmanin

par Sarah BOUMGHAR
Publié le 24 juillet 2023 à 13h11, mis à jour le 24 juillet 2023 à 16h23

Source : JT 20h WE

Selon les informations de TF1-LCI, le ministre de l'Intérieur soutient Frédéric Veaux, directeur général de la police nationale.
"Je considère qu'avant un éventuel procès, un policier n'a pas sa place en prison", a notamment déclaré ce dernier à nos confrères du Parisien.
Des propos tenus dans un contexte de fronde policière, après le placement en détention d'un policier de la BAC de Marseille mis en examen.

"Le savoir en prison m'empêche de dormir". Les mots de Frédéric Veaux, directeur général de la police nationale (DGPN), à propos du policier de la BAC de Marseille, incarcéré dans le cadre d'une enquête pour violences policières, ont provoqué un tollé. Pas de quoi, cependant, ébranler le soutien du locataire de la place Beauvau à son égard. "Le directeur général de la police nationale, Frédéric Veaux, a toute la confiance du ministre", indique l'entourage de Gérald Darmanin à TF1-LCI.

"De façon générale, je considère qu'avant un éventuel procès, un policier n'a pas sa place en prison, même s'il a pu commettre des fautes ou des erreurs graves dans le cadre de son travail", a déclaré le DGPN dans un entretien accordé à nos confrères du Parisien. Le préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, a indiqué dans un tweet partager l'opinion du patron de la police nationale. 

Des centaines d'arrêts maladie

Le fonctionnaire de police écroué et trois de ses collègues ont été mis en examen dans la nuit de jeudi à vendredi pour "violences en réunion par personne dépositaire de l'autorité publique avec usage ou menace d'une arme ayant entraîné une ITT (incapacité totale de travail) supérieure à 8 jours", et placés sous contrôle judiciaire. Ils sont soupçonnés d'avoir passé à tabac un jeune homme de 21 ans, Hedi, blessé et hospitalisé dans la nuit du 1er au 2 juillet à Marseille, alors en proie à des violences urbaines à la suite de la mort du jeune Nahel, tué par un policier à Nanterre le 27 juin dernier. La victime assure ne pas y avoir pris part. Cette dernière aurait également reçu un tir de LBD dans la tempe.

Depuis l'incarcération de l'agent de la BAC, des centaines de policiers des Bouches-du-Rhône se sont mis en arrêt maladie pour dénoncer le traitement réservé à leur collègue. Une manière d'exprimer leur colère, alors qu'il leur est interdit de faire grève. Frédéric Veaux s'est déplacé samedi à Marseille afin de rencontrer les effectifs sur le terrain, très remontés. Le mouvement de contestation s'est propagé à l'Île-de-France ce lundi, où de nombreux commissariats tournent, eux aussi, au ralenti.


Sarah BOUMGHAR

Tout
TF1 Info