Policiers agressés à Lyon : l'individu interpellé a été "totalement mis hors de cause"

V.M avec le service police-justice TF1/LCI
Publié le 24 juillet 2022 à 13h21, mis à jour le 24 juillet 2022 à 17h21
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Un homme de 25 ans a été interpellé après l'agression, mercredi, de trois policiers dans le quartier de la Guillotière, à Lyon.
D'origine algérienne, il a été placé en centre de rétention administrative et devait être expulsé, à faire savoir Gérald Darmanin.
Mais le parquet de Lyon a indiqué que l'individu était "totalement mis hors de cause" dans cette affaire.

"Cela ne peut pas rester impuni", avait martelé Elisabeth Borne vendredi soir. Quatre jours après la violente agression dont ont été victimes trois policiers à la Guillotière, à Lyon, un individu a été interpellé par les enquêteurs de la Sûreté urbaine, a indiqué une source proche de l'enquête au service police-justice de TF1 et LCI. Mais quelques heures plus tard, il a été mis hors de cause.

L'homme, âgé de 25 ans et d'origine algérienne, a été placé dans un centre de rétention administrative (CRA), selon nos informations. Dans un tweet, Gérald Darmanin avait expliqué "qu'un des délinquants est étranger" et qu'il avait été "interpellé". "Sur mon instruction, il a été placé en rétention et sera expulsé. Les délinquants étrangers n’ont pas leur place en France", avait assuré le ministre de l'Intérieur.

L'homme finalement mis hors de cause

Mais quelques heures plus tard, le parquet de Lyon, sollicité par l'AFP, a totalement infirmé ces déclarations. "La personne placée en garde à vue hier dans le cadre de l’enquête ouverte à Lyon du chef de violences à l’encontre de policiers, place Gabriel Peri, le 20 juillet au soir, a été libérée ce jour", a-t-il indiqué. "Il s’avère en effet qu’elle a été totalement mise hors de cause dans le cadre des investigations menées. L’enquête se poursuit activement pour identifier, localiser et interpeller les auteurs des faits."

Lire aussi

La garde à vue de cet homme a été levée sans aucune charge retenue contre lui, a fait savoir pour sa part une source judiciaire à TF1 et LCI. Il a toutefois été placé par la suite en centre de rétention administrative. Selon cette source, il est connu dans d'autres affaires pour 14 faits de délinquance, dont vol à l'étalage, outrage à personne dépositaire de l'autorité publique et violences en réunion. 

Dans un message posté ultérieurement, Gérald Darmanin a indiqué que, même hors de cause dans l'affaire de l'agression des policiers, le ressortissant algérien serait expulsé compte tenu des autres faits qui lui sont imputés.

Deux policiers blessés

Mercredi soir vers 19h15, sur la place Gabriel Péri, trois policiers qui étaient en patrouille ont été pris à partie par une cinquantaine d'individus alors qu'ils tentaient d'interpeller l'auteur d'un vol à l'arraché, selon une source proche du dossier à LCI-TF1. Les policiers ont alors été victimes notamment de jets de projectiles gaz lacrymogène. 

Pour échapper aux coups, ils se sont réfugiés dans un supermarché en attendant des renforts. Deux des policiers ont été blessés et l'auteur du vol avait pris la fuite.


V.M avec le service police-justice TF1/LCI

Tout
TF1 Info