Affaires des écoutes : Nicolas Sarkozy bientôt fixé, la cour d'appel de Paris va rendre sa décision

par C.Q
Publié le 17 mai 2023 à 7h32

Source : TF1 Info

La cour d'appel de Paris doit se prononcer ce mercredi 17 mai sur l'affaire des écoutes, qui vise Nicolas Sarkozy.
En mars 2021, l'ancien président avait été condamné en première instance à trois ans de prison, dont un an ferme.

C'est une journée décisive pour Nicolas Sarkozy, qui doit être fixé sur son sort judiciaire. Ce mercredi 17 mai au matin, la cour d'appel de Paris doit rendre sa décision à propos de l'affaire des écoutes, pour laquelle l'ancien président comparait libre aux côtés de son avocat et d'un ancien magistrat. Ce dernier est attendu pour la décision de son procès en appel, prévue vers 9h, selon des sources concordantes à l'AFP.

Un pacte de corruption, selon l'accusation

Le 1er mars 2021, Nicolas Sarkozy était condamné en première instance à trois ans d'emprisonnement, dont un an ferme, pour corruption et trafic d'influence. Une décision inédite. L'ancien chef de l'État avait alors interjeté appel de cette décision. L'affaire des écoutes, déclenchée en 2014 dans le cadre de l’enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, a révélé la tenue de conversations entre Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog sur des téléphones mobiles enregistrés sous de faux noms. Ce sont bien ces conversations téléphoniques qui sont au cœur du dossier. Pour l'accusation, ces écoutes font transparaître un pacte de corruption noué avec Gilbert Azibert, alors avocat général à la Cour de cassation.

L'ancien président s'était rendu au premier jour de son nouveau procès, le 5 décembre 2022, pour "défendre son honneur bafoué" et pour répéter n'avoir "jamais corrompu qui que ce soit". En appel, et à la différence du procès en première instance, le parquet a seulement requis du sursis contre les trois prévenus. En l'espèce, trois ans de prison totalement assortis du sursis, ainsi qu'une interdiction des droits civiques pour Nicolas Sarkozy et Gilbert Azibert pendant cinq ans et une interdiction d'exercer la profession d'avocat la même durée pour Thierry Herzog.


C.Q

Tout
TF1 Info